Accoucheur expert en écoute, lisons-le

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark
Version du 27 octobre 2014 à 18:19 par Isabelle Bagneris (discuter | contributions)

M. le Dr Robert A. HATCHER est un célèbre gynécologue au Bureau Académique. Une lecture de Max Urvois.

Emory University School of Medicineà l’Emory University School of Medicine, Département de gynécologie et d'obstétrique, Division de la planification familiale à Atlanta.Department of Gynecology & ObstetricsFamily Planning Division
Faculty Office Building, 3rd Floorle Dr Hatcher se consacre à aider « de manière humaine et responsable des politiques de santé reproductive », sur une base nationale et internationale. He also has provided expert and compassionate clinical care for thousands of patients, has helped educate generations of doctors, and has published extensively. Il a contribué au niveau de la compassion des soins cliniques pour des milliers de patients et a éduqué des générations de médecins. Il a beaucoup publié dont un livre « Technologie de la contraception » qui est à sa 18ème édition. Parmi les nombreuses reconnaissances qu'il a reçues au fil des ans est le prix Rockefeller de la fonction publique (1981) pour les services aux familles et aux jeunes. Il est présenté comme un spécialiste de l’écoute. La dernière parution recensée de ce texte se situe en 1999.For the past five years, he has thoroughly enjoyed the process of accumulating stories for his annual calendar/book, Something Nice to Do 365 Days a Year, a compendium of daily suggestions for positive acts in everyday life.

Ecoute

" Quand je te demande de m'écouter
et que tu te mets à me donner des conseils,
tu ne fais pas ce que je te demande
Quand je te demande de m'écouter
et que tu commences à me dire pourquoi je ne devrais pas me sentir comme ça,
tu piétines mes sentiments.
Quand je te demande de m'écouter
et que tu sens que tu dois faire quelque chose pour résoudre mon problème
Tu me trahis aussi étrange que cela puisse paraitre

Ecoute ! Tout ce que je te demande c'est de m'écouter
Pas de parler, ni d'agir, juste de m'entendre

Je peux faire face, je ne suis pas incapable
Peut-être découragé et fatigué
mais pas incapable

Quand tu fais quelque chose pour moi, que je peux et dois faire par moi-même,
Tu contribues à ma peur et à ma faiblesse

Mais quand tu acceptes comme réalité
que je ressente ce que je ressens même si c'est irrationnel
Alors je n'ai plus à chercher à te convaincre
Et je peux continuer mon travail pour comprendre
ce qui se cache derrière ce sentiment irrationnel

Et quand cela deviendra clair
Les réponses seront évidentes
Et je n'aurai besoin d'aucun conseil"

Ce spécialiste de l’accouchement est également connu par la qualité de communication auprès de ses patientes.

Ce texte dont il est l’auteur est intéressant à observer sous l’angle de la médiation.

Cette réflexion sur l’écoute aborde un certain nombre de points de vue que nous allons passer en revue en commençant par ce qui nous apparaît le plus utile en médiation et ensuite ce qui l’est moins ou sujet à pondération. La présentation est faite selon la chronologie du texte présenté. Les caractères en gras seront utilisés pour présenter l’approche par la médiation.

Par rapport à la médiation

Le conseil consenti à un tiers est le reflet de la perception de celui qui en fait la proposition. Il est donc le prolongement d’une construction à partir d’une analyse déterminée et non sollicitée par l’intéressé qui ne peut l’accepter.

Le conseil ne fait pas partie de la médiation et les parties n’attendent pas de conseils de la part du médiateur qui en fait lui-même l’annonce dès le début de l’entretien.

Les sentiments sont les manifestations de l’émotion (définition du dictionnaire pour l’émotion : « agitation passagère causée par un sentiment de surprise, de joie... »). Les émotions sont la marque apparente de ce que la personne ressent, exprime. La non reconnaissance de cette émotion entraîne une incompréhension voir un blocage de la personne.

Lors de la médiation, les sentiments sont l’objet de considération de la part du médiateur qui se charge de les restituer au protagoniste en terme de fait, conséquence et ressenti. L’objectif est d’améliorer l’écoute durant l’entretien et de faire grandir la confiance.

Plus loin dans le texte, le Dr HATCHER précise qu’agir à la place de l’autre n’est pas la solution, un pis allé au mieux. Un sentiment de trahison peut naître à ce moment chez la personne devant être écoutée.

La médiation n’a pas vocation de fournir une solution sachant que l’adhésion des parties dans ce cas est très compromise. Un accompagnement s’opère afin que les protagonistes réfléchissent ensemble à une action adoptée de concert.

Chaque personne a ses faiblesses et limites mais conserve ses capacités prêtes à être utilisées au moment propice.

Les parties sont préparées par le médiateur lors des différents entretiens. Au moment de la réunion, les capacités de chaque protagoniste sont libérées de tout parasite comme la contrainte, l’interprétation et le prêt d’intention. C’est dans cette ambiance optimisée par le médiateur, garant de la qualité relationnelle que l’accord pourra naître.

Toute personne placée dans une situation de non décision par une action lui échappant complètement ne peut adhérer à ce qui se passe. Un sentiment d’impuissance est exacerbé ce qui peut générer de l’anxiété.

Cet écueil en médiation est évité car chaque partie est acteur de son devenir. Aucune décision n’est proposée ou encore prise à sa place. Le médiateur a instauré la confiance auprès de chacune des parties qui ne ressentent à partir de là aucune crainte.


La possibilité d’être compris est primordiale. Elle permet à l'intéressé de poursuivre son introspection, son observation car son esprit est dégagé de toute inquiétude.

Le recueil des ressentis des protagonistes par le médiateur est essentiel. Il effectue alors un accusé de réception. A ce stade, la confiance est établie et favorise ou potentialise la venue d’un accord par la créativité de chacun.

Les conditions réunies permettent une compréhension plus grande pour la personne plus en mesure de se prendre en charge sans aucun conseil. Elle est actrice à part entière de son choix librement consenti.

Au final de l’entretien de réunion, les parties sont les auteurs de leur solution. Ils rédigent eux-mêmes l’accord qu’ils pourront mettre en œuvre. Le médiateur a utilisé le processus pour aboutir à ce résultat où le conseil n’a pas sa place.

Face à la médiation

Ecouter, c’est ne rien dire de manière à laisser la place à l’expression de l’autre. Le silence permet à celui qui s’exprime de mieux réfléchir à ses propres paroles. Cette pratique paraît simple de prime abord mais relève d’une capacité de distanciation et d’observation, d’écoute de l’autre. La question se pose au niveau de la durée, de la fréquence qu’il convient de doser afin de ne pas tomber dans l’excès.

Lors des entretiens individuels et de réunion, le médiateur s’emploie à laisser s’exprimer les parties individuellement en respect du processus à appliquer. Il n’hésite pas à conduire les entretiens en prenant la parole au fur et à mesure si cela s’avère nécessaire : rappel des règles de qualité relationnelles, expression successive de chacune des parties quant aux sujets abordés… L’écoute du médiateur est également altérocentrée. Le médiateur a accès au silence à certains moments des échanges. Il peut rester silencieux aussi longtemps que nécessite la réflexion du protagoniste : « Le médiateur doit parfois savoir garder un silence, un long silence, surtout lorsque l’écouté réfléchit. Ce silence témoigne de l’intérêt du médiateur pour l’écouté, de sa disponibilité, de sa qualité d’écoute. » extrait de la pratique de la médiation par Jean Louis Lascoux. La limite du silence est ici définie par cette citation relative à la communication composée de ses différents aspects.

Ce texte du Dr Robert A. HATCHER, nous l’avons compris n’est pas une démonstration sur la médiation mais une approche de l’écoute. Cette écoute est déterminante lors de la médiation. Elle permet au médiateur de progresser dans son processus d’entretien. L’environnement de l’écoute dans ce texte rédigé par le Dr Robert A. HATCHER est parfaitement balisé et peut sans aucun doute participer à la mise en œuvre d’une médiation.

Cet écrit pourrait être suggéré en réflexion de groupe par exemple lors de la formation ou devenir un exercice appliqué pendant lequel il pourrait être demandé d’en faire la critique.

Cette réflexion est mienne, imprégnée comme vous l’avez remarqué de la formation encore toute fraîche dont j’ai pu bénéficier. Votre perception peut s’avérer légèrement différente ou totalement éloignée d’où l’intérêt d’avoir vos avis ou votre silence sur ces quelques mots...

Je vous remercie.

Outils personnels
Translate