Altérité

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark
(Différences entre les versions)
(lien interne vers conflit - pour faciliter la navigation)
Ligne 1 : Ligne 1 :
L''''altérité''' est un concept signifiant la ''reconnaissance de l’autre dans sa différence''. Repris dans la discipline de la médiation professionnelle, ce concept implique, de la part du médiateur, d'avoir une action verbale et comportementale favorisant une réflexion différente relativement à une relation et à un [[conflit]].  
L''''altérité''' est un concept signifiant la ''reconnaissance de l’autre dans sa différence''. Repris dans la discipline de la médiation professionnelle, ce concept implique, de la part du médiateur, d'avoir une action verbale et comportementale favorisant une réflexion différente relativement à une relation et à un [[conflit]].  
-
 
-
Ainsi, selon ce que [[Jean-Louis Lascoux|je]] propose de clarifier, l'altérité est indissociable de la réflexivité.
 
==L'altérité et le médiateur==
==L'altérité et le médiateur==

Version du 14 janvier 2009 à 19:59

L'altérité est un concept signifiant la reconnaissance de l’autre dans sa différence. Repris dans la discipline de la médiation professionnelle, ce concept implique, de la part du médiateur, d'avoir une action verbale et comportementale favorisant une réflexion différente relativement à une relation et à un conflit.

Sommaire

L'altérité et le médiateur

Le médiateur doit savoir recourir à la réflexion comme à une action. Il doit savoir 'réfléchir les parties pour qu'elles puissent à leur tour réfléchir. Si, habituellement, le cheminement de la pensée conduit à élaborer une réflexion en adversité®, l'intervention du médiateur conduit la pensée sur une réflexion en altérité®, tournant chaque partie vers un cheminement qu'elle souhaite avoir et qu'elle a pu considérer comme impossible ou inimaginable, surtout concernant l'autre partie.

Réflexion en altérité

L'altérité implique une relation laïque, accueillante, qui s'associe au métissage des cultures, éloignée de la notion de tolérance. L'altérité est étroitement liée à la conscience de la relation aux autres en tant qu'ils sont différents et ont besoin d'être reconnus dans leur droit d'être eux-mêmes et différents.

L’altérité est un témoignage de compréhension de la particularité de chacun, hors normalisation, individuellement ou en groupe.

L'altérité est une attitude développée en médiation et particulièrement développée dans les contextes d'interculturalité.

Différences entre altérité et tolérance

  • avec la tolérance, ma liberté s'arrête là où commence celle des autres - justifiant le regard qui se détourne au nom de l'idée que je ne dois pas me mêler des affaires des autres ;
  • avec l'altérité, ma liberté s'étend au travers de celle des autres - impliquant l'attention aux autres, le respect fondamental et l'ingérence dans les situations identifiées comme portant atteinte aux droits fondamentaux des Hommes d'être eux-mêmes et chacun différent.

Posture égocentrée et posture altérocentrée

Toute personne s'inscrit sur une échelle comportementale allant de l'égocentrage à l'altérocentrage, impliquant des attitudes et des comportements égoïstes et altruistes.

  • égocentré <========================> alterocentré
  • égoïsme <========================> altruisme
  • introverti <========================> extraverti
  • Un comportement égocentré peut-être altruiste au nom de son propre plaisir, que le plaisir soit immédiat ou différé ;
  • Un comportement alterocentré est orienté vers un tiers pour le plaisir de celui-ci, sans recherche d'un plaisir pour l'auteur du comportement ;
  • La revendication d'alterocentrage de l'égoïste revient au comportement d'altruisme de l'égocentré ; le comportement implique l'attente d'un retour de satisfaction. Le comportement de l'égoïste est un investissement.

L'extraversion facilite l'altérocentrage, tandis que l'introversion véhicule plus facilement l'égocentrisme et l'égoïsme.

Les trois fondamentaux de l'altérité

Les trois principes fondamentaux de l'altérité sont des énoncés et des comportements de reconnaissance. Pour que toute personne se sente reconnu, respectée et considérée, j'identifie trois conditions :

  • la reconnaissance de la légitimité de point de vue : idées, conceptions, valeurs, opinions, croyances
  • la reconnaissance de l'aspiration à bien faire, bien être, mieux savoir : initialement, intrinsèquement, pas de mauvaise pensée et surtout une recherche intérieure de mieux être
  • la reconnaissance d'une possibilité de maladresse : il peut y avoir contradiction, parfois, entre l'intention et l'action, des décalages de perceptions ou de réflexion

Ces trois éléments sont à mettre en regard des risques d'obstacle favorisant l'entretien des différends et conflits :

  • interprétation, jugement, insulte
  • prêt d'intention négatif portant sur les autres
  • dynamique contraignante

Liens internes

Bibliographie

  • Altérité et transcendance, Emmanuel Lévinas, Éditeur : LGF, 2006
  • Dictionnaire de l'altérité et des relations interculturelles, Gilles Ferréol, Guy Jucquois, Collectif, Éditeur : Armand Colin, 2003
  • Et tu deviendras médiateur ... et peut-être philosophe, Jean-Louis Lascoux, Médiateurs Editeurs, Bordeaux, 2008

Liens externes

Outils personnels
Translate