COMPRENDRE LA DYNAMIQUE CONFLICTUELLE AVEC LA METAPHORE DES POINTS DE VUE

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark
Version du 19 décembre 2015 à 12:57 par Walter Gilpin (discuter | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)


Le Médiateur est un professionnel de la relation et de la conduite de projets. Il aide les parties à réfléchir et trouver une solution en cas de conflit, et à instaurer, entretenir ou rétablir la qualité relationnelle.
Sa mission consiste notamment à faire comprendre ce qu’est la dynamique conflictuelle et comment elle nait.
Nous n’avons pas conscience que la perception du monde qui nous entoure est différente d’une personne à l’autre. Ainsi chacun fonctionne à sa manière en créant sa propre réalité.
Ce décalage engendre un obstacle à la compréhension et à la communication : s’impriment en nous des idées, des images dont nous tirons des affirmations, des jugements. Ce décalage est une source de dynamique conflictuelle.


Nous savons que l’humain en quête de bien-être ou « homéostasie », bien intentionné envers lui-même, empreint de maladresse est à la recherche :
- D’harmonie : pour ce faire il donne un sens à ce qui l’entoure, ce qui l’amène à interpréter et juger
- D’équilibre relationnel : manière très personnelle de se projeter dans le monde et ce qui est autour, chacun étant persuadé de détenir la vérité,
- De la satisfaction de ses besoins : qui est centrée exclusivement sur lui-même pouvant être la source de comportements contraignants pour les autres.


Le Médiateur Professionnel, pour remplir sa mission, dispose d’une palette d’outils qui sont enseignés par l’EPMN, et que nous retrouvons dans l’ouvrage écrit par Jean-Louis LASCOUX « PRATIQUE DE LA MEDIATION PROFESSIONNELLE ».
Parmi eux, j’évoquerai « la métaphore des points de vue » qui me parait être parfaite pour faire comprendre à nos clients qu’il faut relativiser la valeur absolue qu’ils ont tendance à donner à la réalité.
C’est ce qu’illustre cette métaphore de Jean-Louis LASCOUX qui place dans un théâtre deux volontaires perchés chacun sur un sommet, c’est-à-dire sur son point de vue. Il fige le contexte grâce à un croquis : peu d’explications sont nécessaires, la démonstration est faîte. Elle n’est pas sans nous rappeler l’allégorie de la Caverne dont la finalité est de prendre en considération l’existence du point de vue de l’autre.
Le médiateur doit faire preuve d’imagination, de créativité, d’inventivité pour multiplier les métaphores et les adapter à la personne et au contexte qui se présente à lui.


J’en citerai deux exemples tirés du livre « MEME LORSQU’ELLE RECULE A RIVIERE AVANCE » d’Olivier CLERC éditions POCHE MARABOUT :


- L’allégorie des douze photographes :
Vous vous faîtes prendre en photo par douze photographes disposant chacun d’un matériel différent : l’un a un zoom, l’autre un objectif macro, le troisième un grand angle, etc. Les pellicules sont de sensibilité différente, l’éclairage l’est également : naturel, direct ou non, flash. Les clichés sont en couleur, noir et blanc, sépia. L’angle de prise est variable : de face, à gauche, à droite, du bas, d’en haut …
Chacun des photographes réalise une photo : l’une est réussie, l’autre pas, l’une est bien cadrée, un autre nette ou floue, une autre pale ou trop sombre. Le résultat va du pire au meilleur ! Sur l’une le sujet est non identifiable sur une autre le portait est remarquable.
Satisfaits de leur prise de vue, les douze photographes vous remettent leur travail en disant « voilà comment tu es ! » Une même personne, douze clichés, à chacun sa version de la perfection.


- La paroi d’une bulle de verre :
Celui qui est à l’intérieur va dire « elle est concave »,
Celui qui est à l’extérieur répond « non elle est convexe »
Chacun a raison de son point de vue : Il énonce le fait que l’objet est sphérique, c’est-à-dire la vraie nature de ce qui est décrit.
Une tierce personne, le médiateur par exemple, verrait la pertinence relative de chaque opinion, et inviterait les deux protagonistes à s’éloigner de son poste d’observation afin de voir les choses sous un troisième angle, global celui-ci, qui restaurerait à chacun sa part de vérité.


Nous pourrions conclure que deux opinions peuvent être toutes les deux vraies : une pente est à la fois une montée et une descente ! C’est l’angle de vue qui change.


Le Médiateur Professionnel formulera sur le fondement de l’altérité, un message de reconnaissance de la légitimité de point de vue qui permettra au client de ne pas se sentir jugé, ce qui contribuera à réduire la charge émotionnelle.


En mettant en évidence que l’autre partie fonctionne à l’identique le Médiateur déclenchera une prise de conscience, une écoute rationnelle.


La reconnaissance et le lâcher prise amèneront les clients sur le chemin de la réflexion et la résolution des conflits.


Anne-Marie Jamet-Gianotti

Outils personnels
Translate