Capitaines d'Avril - les oeillets de la révolution portugaise

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark
Lorsque le Portugal changea

Le 25 avril 1974, la dictature de Gaetano, au Portugal, fut mise en déroute par de jeunes officiers. Sans violence, ils ont mis un terme à un régime criminel.

Leur révolution est accueillie par la population avec des ovations et des oeillets rouges.

Une leçon militaire d'action pacifique, de maîtrise, dans un climat d'incertitude. L'improvision est au rendez-vous ; la détermination et le langage pacifiques aussi.

Tandis que l'on voit souvent au loin les références de la force pacificatrice, en Europe, un exemple extraordinaire... sans autre leader qu'une coordination et la population.

Capitaines d'avril présenté par Angela Lopes

Capitães de Abril de Maria de Medeiros (2000) est le film qui rend hommage à un homme qui a su négocier le chemin d´un pays vers une transition démocratique, vers la liberté individuelle et de l´exercice de la citoyenneté. Cet homme est né, pour qu´on comprenne mieux le contexte historique, dans un petit pays où était tout gris, tout était noir. Tout gris, tout noir comme le petit dictateur fasciste qui le dirigeait depuis 1926, comme ses prêtres aux doctrines moyenâgeuses, ses étudiants et sa jeunesse engourdie et bâillonnée par des milliers de préceptes autoritaires, par la police politique (PIDE), par la justice arbitraire du régime. Et puis il y avait aussi la grisaille de la pauvreté de ses gens, obligés d´émigrer, l´archaïsme de son administration, de son industrie et de son économie corporative aux mains d´une poignée de familles. Les conflits, quand il y en avait, étaient immédiatement bâillonnés. Presque cinquante ans de stabilité maussade, totalitaire, « orgueilleusement seuls » comme le pouvoir le proclamait, sourd aux changements politiques, sociaux, intellectuels qui secouaient le monde.

Le conflit il était loin, depuis le début des années 60, dans les milliards de morts, blancs, jaunes et noirs, tombés pour défendre une politique et un empire colonial que les autres pays avaient commencé à abandonner. Malgré la contestation internationale, l´état continuait à vouloir défendre ses colonies, à coût du sang des jeunes gens du pays obligé à défendre le régime et la grandeur nationale.

C´est le refus, la révolte contre cette grisaille et tous ces morts de la guerre coloniale, le conflit entre la société civile et le régime militaire qui a mobilisé un mouvement clandestin (MFA) de jeunes lieutenants de l´armée en 1973 et parmi eux le lieutenant Salgueiro Maia. Le 25 avril 1974, à 29 ans, après dix de combats au Mozambique et en Guinée, il commande le bataillon qui va encercler le centre ministériel du régime et la reddition du chef du gouvernement. C´est le principal protagoniste de la révolution qui a géré les plus grandes tensions du coup d´état grâce à ses capacités de communication rationnelle, déterminée, objective et directe même dans les plus grands moments de tension. C´est son aptitude a mobilisé les hommes, de manière digne et responsable qui a permis une révolution presque sans sang.

Après la révolution, il est resté cohérent avec lui-même, avec la même liberté intérieure qui lui permis de mettre fin au régime dictatorial, il a refusé les privilèges et les gloires de ce qu´il appelait « le cirque du pouvoir ». Il est mort en avril 1992.


Le 25 avril 1974, les points stratégiques du Portugal sont pris par les "Capitaines d'Avril". Le marché aux fleurs de Lisbonne est l'un des lieux de rassemblement. C'est la saison des œillets. Des insurgés fleurissent le canon de leur fusil. La révolution des œillets (Revolução dos cravos) est en marche. C'est la fin de quarante ans de dictature.

Voir aussi

Liens externes

Le film Capitaines d'Avril sur Amazon.fr

Outils personnels
Translate