Coaching professionnel et médiation professionnelle

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark

La médiation professionnelle partage avec le coaching quelques outils et une orientation générale vers l'aide aux autres. Mais la posture éthique, le positionnement déontologique, la matière, la relation à l'autre et à l'environnement en font des pratiques très distinctes. Parfois, avec les différentes conceptions de la médiation et du coaching, certains acteurs de ces techniques d'accompagnement sèment une relative confusion. Jean-Louis Lascoux a proposé qu'à plusieurs mains, les choses soient clarifiées. La tâche est déjà très avancée mais elle peut largement supporter d'autres contributions concrètes et référencées.

Pour faire simple, on peut dire que le coaching, c'est la personne (le groupe) par rapport à une aspiration. Le champ d'action du coaching est celui d'un changement de fonctionnement, de l'adaptation à une situation, de l'atteinte d'un objectif personnel (une ambition). La médiation professionnelle, c'est la personne (le groupe) par rapport à une relation. Le champ d'action de la médiation professionnelle est celui de la qualité et de la détérioration relationnelle. Le conflit fait ainsi directement partie des thématiques d'intervention du médiateur professionnel. Elle vise trois type d'issues : le rétablissement d'une relation, son aménagement ou sa rupture consensuelle.

Pour les professionnels des deux pratiques, il est clair que tenter de faire du coaching et de la médiation professionnelle relève d'une prouesse déontologique. L'enchaînement des deux, souligne Stéphane Seiracq, responsable du Master 2 de coaching et de développement professionnel de l'IAE de Bordeaux, ne peut se faire que dans un sens, de la médiation au coaching[1].

Sommaire

Similitudes et différences

La médiation professionnelle est orientée sur la relation, souvent dans la redéfinition d'un projet et de manière plus spécifique dans des contextes conflictuels ou dans la perspective de la mise en cause de la qualité relationnelle.

La situation de la personne qui vient en médiation est celle d’un enfermement fonctionnel dans un conflit qui le pousse spontanément vers l’adversité plus que vers l’altérité. Elle souhaite rarement la médiation.

La personne qui choisit de faire un coaching, sauf s’il est imposé par son supérieur, ce qui en contrarie fortement les chances de succès, s’engage en toute liberté dans l’accompagnement du coach.

Le coaching porte sur le rapport que le professionnel, le tiers coach, peut avoir avec une personne ou un groupe. Il s'attache principalement à offrir un espace dans lequel les personnes accompagnées vont elles-mêmes chercher dans leurs ressources ce qu’elles peuvent utiliser pour déterminer un objectif précis, et conduire un changement en lien avec cet objectif, en soi et avec les autres s’il s’agit d’une équipe (coaching d’équipe).

La préparation en médiation professionnelle peut inspirer les coachs, par la rigueur d'un processus structuré. La suite de l'intervention du coach implique une posture de connivence avec ses clients qui n'existe pas en médiation professionnelle.

Le travail d’écoute du coach peut l’aider à entendre très précisément les mots utilisés par le client en médiation pour pouvoir reformuler rationnellement les idées qu’il a exprimées.

Depuis plusieurs années, les techniques et processus de la médiation professionnelle attirent de nombreux professionnels de l'accompagnement soucieux d'efficacité. Ils viennent y puiser une pratique rigoureuse de l'entretien et de l'animation de réunion qu'ils ne trouvent pas dans les formations et les différents enseignements qui leur sont traditionnellement proposés. Le Master 2 de coaching professionnel mis en place à l'IAE de Bordeaux IV[2] faisant exception car il établit des liens et des passerelles. Le travail de réflexion conduit à poser un certain nombre de points comparatifs que les auteurs de cet article ont l'ambition de synthétiser.

Si le médiateur professionnel devait user de la terminologie de coaching, il serait nommé "coach relationnel"[3]. Le travail du coach en matière de médiation est de nature bien plus intra-personnelle. Le coaché est mis en perspective, tandis que c'est la relation qui l'est dans la médiation professionnelle. Et c'est bien là un aspect de différence essentiel. Le travail du médiateur professionnel est systématiquement relationnel. Il intervient dans la perspective d'accompagner des personnes pour leur permettre de faire un travail sur la qualité relationnelle.


Quand il pratique du coaching d’équipe, le coach formé à la médiation professionnelle peut s’inspirer de la posture du médiateur pour restaurer l’écoute entre les membres du groupe et leur permettre d'adopter des façons d’échanger entre eux de manière apaisée. Il peut ainsi permettre aux membres de l’équipe de repérer les communications à risques et de les prévenir.

Le travail du médiateur professionnel est systématiquement relationnel alors que celui du coach l’est essentiellement quand il intervient dans une équipe. Alors et comme le médiateur, le coach d’équipe peut accompagner des personnes pour leur permettre travailler à améliorer la qualité relationnelle entre eux.

Le travail du coach est basé sur ses ressentis qu’il renvoie au coaché en l’interrogeant sur ce qu’il en pense pour l’amener à s’interroger et à réfléchir sur d'autres façons possibles d’agir auxquelles il n'aurait pas pensé.

Le travail du médiateur est fondé sur l’altérocentrage pour amener la personne à réfléchir et à élaborer une solution au conflit.

Faire réfléchir pour choisir

Dans les deux pratique, il s'agit d'accompagner, de faire réfléchir, de libérer les personnes de leurs obstacles internes, de responsabiliser, d'aider à faire des choix, d'aider les personnes à trouver l'autonomie suffisante pour avancer dans un projet. En terme de résultat, la recherche des deux intervenants s'inscrit dans la pérennité.

Accompagner dans la perspective d'un changement

La relation au changement est également différente en coaching et en médiation professionnelle. Si le coaching inclut une certaine proximité avec le changement, un changement en soi, lequel devra nécessairement être le résultat de l'intervention du coach, la médiation professionnelle a le changement relationnel comme constante, sans pour autant qu'il doive être un résultat, sauf à considérer que sortir d’un conflit est déjà un changement.

Autrement dit, en coaching, le changement n'est pas forcément demandé, mais il fait partie du processus du coaching, tandis qu'en médiation professionnelle le changement apparaît dans la commande, mais n'est pas systématiquement nécessaire, il est là dès le départ, mais il n'est pas forcément le résultat puisque la relation détériorée peut reprendre, l’issue de la médiation, là où elle en était avant le conflit.

Le coach conduit le client à réfléchir sur les changements possibles pour qu’il puisse se rapprocher du résultat obtenu.

Le médiateur professionnel reçoit des personnes confrontées à un changement relationnel qu'elles peuvent avoir choisi ou que l'une d'elles impose, et ils les aide à réfléchir à la meilleure ou la moins pire des décisions à prendre, compte tenu de leurs situations et de leurs aspirations.


Indépendance, neutralité, impartialité

La posture est certainement la première différence entre le coach et le médiateur. La distance vis-à-vis des personnes accompagnées ne peut être identique le contexte étant différent. Dans le cas d’un coaching individuel choisi, le coach est seul avec son client et la question d’impartialité ne se pose pas comme dans la médiation dans laquelle il y a au moins deux parties en présence. Le rapprochement, l’intimité qui se créé (l’alliance) est un point caractéristique dans la relation individuelle du coach et de son client.

Mais si le coaching est prescrit, le coach se mettra alors à distance des parties, se retrouvant dans une situation similaire à celle de la médiation avec deux parties en présence. La relation avec son client sera de l'ordre de l'intime, alors que pour le prescripteur l’intimité est rarement mise en place. Si dans les intentions et dans les actes le coach tient son impartialité vis-à-vis des parties, le contexte le rapproche de fait du client accompagné.

Dans tous les cas le médiateur quant à lui doit avoir une posture distante garantissant son impartialité.


Questionner ou ne pas questionner

L'utilisation du questionnement constitue également une différence importante. Tandis que le coach en a l'usage, le médiateur professionnel n'y recourt pas. Le premier interroge, interpelle, renvoie en miroir ses ressentis au client pour le faire réfléchir, fait revenir sur un propos en questionnant, tandis que le médiateur aide à poursuivre une idée, confronte à une contradiction en mettant en parallèle des propos énoncés par son ou ses interlocuteurs ; il réfléchit la forme de communication de la personne, mais il n'utilise pas la question comme moyen de conduite et d'accompagnement.

Le coach utilise le reflet - individuel ou systémique (en équipe)- alors que le médiateur « réfléchit » le client au sens où il l’aide à réfléchir de manière autonome sans jamais exprimer ses propres ressentis.

Coaching

Spécificités du coaching

Le coaching est une pratique qui s'exerce auprès d'un individu ou d'un groupe. Le coach prend le parti de son client, dans l'optique d'une solution déterminée, selon une orientation à laquelle l'adhésion préalable est nécessaire. Selon la société française de coaching : « Le coaching est l’accompagnement de personnes ou d’équipes pour le développement de leurs potentiels et de leurs savoir-faire dans le cadre d’objectifs professionnels. » La recherche de clarification d’un projet, l'amélioration de ses performances, une meilleure stratégie d'investissement de son temps et de son implication dans l'objectif d'atteindre de meilleurs résultats, constitue les axes d'intervention du coaching.


La pratique du coaching individuel est fondée sur l'entretien personnel et vise à permettre la mise en place d'un espace propice au changement. cet entretien structuré va ainsi permettre à une personne de se centrer sur l'objectif qu'elle aura déterminé, et le coach professionnel l'accompagne vers la réalisation de cet objectif. le travail est donc focalisé sur la personne, ces modes de perceptions, de représentations, ses actions,ou ses croyances. Tout en privilégiant l'autonomie, le coach va aider son client à trouver dans ses propres ressources la manière la plus "écologique"[4] pour lui d'atteindre son objectif.


La pratique du coaching collectif s'appuie quant à elle sur la "systémie", autrement dit le dépassement de l’homéostasie[5]et la recherche de solutions collectives pour trouver un nouvel équilibre vital pour l’équipe et de nouvelles solutions; il vise à permettre à l’équipe de prendre conscience de son fonctionnement et de dégager des stratégies pour sortir de situations bloquées. Il conduit à faire travailler l'équipe par le moyen du reflet systémique où comment les comportements observés en coaching reflètent ceux vécus dans l’organisation, en privilégiant la responsabilité de chacun (co-création de l'objectif et co-création du processus), en aidant chacun des participants à trouver ou développer ses propres ressources pour changer ses points des vue individuels et les comportements collectifs.

Mots clés du coaching

  • adhésion, alliance, analyse de la demande, bienveillance, cadre, capacités, cognitif, cohésion d'équipe, compétences, comportements, conduite du changement, confrontation, consensus, contrat pédagogique, croyances, degré d'autonomie, déontologie, empathie, entraînement, expérience, explication, formation, gestion des frontières, identité, homéostasie, identité fonctionnelle, image, inférence, intelligence collective, intelligence émotionnelle, interprétation, leadership, limites, métacommunication, métaphores, motivation, niveau de changement, objectif, perception, performance collective, performance individuelle, permission, intervention, influence, prescription , processus, protection, questionnement, recadrage, reflexion, reflet systémique, reformulation, régulation, représentation, ressenti, sens, sensations, signes de reconnaissance, silence, solution, stade de développement, système humain, système organisationnel, systémie, valeurs, visualisation.

Médiation professionnelle

Spécificités de la médiation professionnelle

La médiation professionnelle est une discipline éthique d'aide à la décision et de soutien à la qualité relationnelle. Elle consiste dans un travail sur la relation et l'engagement, sur fond combiné avec la notion juridique de contrat, ou tout simplement de contrat social. Il s'agit de viser une entente ou un accord, de mettre en place des modalités de facilitation pour la qualité relationnelle, de viser le rétablissement d'une relation, son aménagement ou sa rupture consensuelle.

Pour les organisations, il s'agit d'une approche impactant la culture d'entreprise, dans l'esprit d'une démarche engagée sur le terrain éthique.

Les éléments de postures signalent le médiateur professionnel : impartialité, indépendance et neutralité. La qualité et la dégradation relationnelle définissent le champ d'intervention des médiateurs professionnels. C'est dans la perspective de l'entretien, du rétablissement de la qualité relationnelle, ou de la prévention de sa dégradation qu'un médiateur professionnel intervient. Il accompagne la mise en place de moyens préventifs ou de résolution, internalisés ou externalisés, ou les conduit lui-même.

  • travail sur la relation et la qualité relationnelle
  • orientée sur un projet impliquant nécessairement une relation identifiée
  • pour la résolution de conflit, processus structuré de l'entretien à la réunion

La médiation professionnelle, portant sur la relation, consiste à déployer un travail sur la reconnaissance, une réflexion sur la confiance et les éléments de la détérioration relationnelle et de la restauration possible.

Mots clés de la médiation professionnelle

Parmi les mots clés de la médiation professionnelle[6] :

  • accord, abandon, adhésion, adversité, altérité, altérocentrage, aporie, code d'éthique et de déontologie, CODEOME, confidentialité, confiance, conflit, confrontation, contentieux, contrainte, défiance, diagramme relationnel, différend, diversification du langage, domination, émission, émotion, entretien individuel, équilibre, éthique, étude des stratégies et interactions en communication - SIC, expression, fatalisme fonctionnel, harmonie, impartialité, indépendance, inférence, inimaginable discussion, interprétation, invariants de la médiation professionnelle, inversion, juridique, légitimité, litige, méfiance, négociation, neutralité, position, posture, prêt d'intention, principes de qualité relationnels, processus inversé, processus structuré, projet commun, objectif, projet d'entreprise, projet personnel, qualité relationnelle, raison, raisonnement aporétique, recadrage, recentrage, réception, reconnaissance, réflexion, résignation, résolution, réunion, rhétorique, risques relationnels, satisfaction, technique, transaction.

Références

  1. Article Coaching professionnel à l’IAE de Bordeaux IV
  2. Diplôme initié et dirigé par Stéphane Seiracq [http://www.iae-bordeaux.fr/Nos-formations/Formation-continue-executive/Master-2-Coaching-et-developpement-professionnel-CDP-Executive
  3. Concept initié et développé par Henri Sendros-Mila
  4. Écologique, pris dans le sens du fonctionnement d'un système, signifie ici que les actions et les changements produits n'aient pas de répercussion ou de conséquence négative pour le client ou son environnement
  5. issue de la biologie et de la systémique, c'est un terme pour désigner l’équilibre ou l’état stationnaire d’un système, dont les principes ont été étendus au fonctionnement d'une organisation ou d'une équipe https://fr.wikipedia.org/wiki/Hom%C3%A9ostasie
  6. Travaux réalisés par Jean-Louis Lascoux, dirigeant de l'EPMN et du Master 2 MRH-MP
Outils personnels
Translate