Décuire un œuf dur, ou l’Art de la Médiation réussie

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark

Article publié par Alexandre Adjiman

L’information est tombée sur mon écran le 26 janvier dernier sous forme d’un article de presse et m’a fait l’effet d’une bombe : des chercheurs ont réussi à décuire un œuf dur ! Ça m’a fait l’effet d’une bombe parce que dans mon esprit, si l’on a réussi à décuire un œuf dur, alors c’est que vraiment tout est possible. Décuire l’œuf dur c’est rendre le blanc à nouveau liquide ! Pour voir l’article sur le sujet : http://www.20minutes.fr/sciences/1526283-20150126-chercheurs-reussissent- decuire-uf-dur
Je trouve qu’il y a dans le concept de « décuire un œuf dur » deux éléments parfaitement utiles à la compréhension de la posture du médiateur. Je m’explique.

Le premier élément réside dans l’idée même de « décider » de décuire un œuf dur. Je suppose qu’ayant un œuf dur à la main, l’idée ne vous est jamais venue à l’esprit que l’on pouvait « revenir en arrière » et le rendre liquide. Pour vous comme pour moi, il y a dans l’œuf dur quelque chose d’irréversible, d’immuable, bref, de définitif. C’est ce que je croyais. Et bien désormais il faudra s’y faire, ce qui parait immuable, irréversible, ne l’est pas forcément. La preuve en est faite de façon scientifique, les certitudes peuvent voler en éclats. Qui plus est, si vous lisez l’article vous verrez que c’est loin d’être inutile, il y a des applications ! Heureusement, car quel laboratoire de recherche investirait dans une démarche en apparence aussi saugrenue sans un minimum de croyance dans son intérêt ? Pour avoir un blanc d’œuf liquide ne suffit-il pas de ne pas le cuire ? Pourquoi le cuire pour le décuire ensuite ?

La posture du chercheur a consisté à imaginer l’inimaginable, c’est-à-dire à croire, contre toute idée préconçue, qu’il devait y avoir un intérêt à procéder ainsi, et ce n’est certainement pas une posture facile tant notre cerveau est habitué à fonctionner de façon logique : pour avoir un blanc d’oeuf liquide il ne sert à rien de le rendre dur d’abord non ? La posture du chercheur et celle du médiateur ne sont-elles pas identiques ? Décider de rétablir une qualité relationnelle là où cela semble inimaginable, adopter une posture sans a priori, avoir confiance dans le caractère évolutif d’une situation, rejeter tout dogme, permettent au médiateur professionnel d’engager en toute confiance le processus permettant de faire un pas en avant en rétablissant une qualité relationnelle dégradée. C’est le premier élément que je retiens de ce qui peut servir d’image simple pour expliquer à un tiers la démarche du médiateur professionnel. De même que l’on peut « décuire un œuf dur », chose a priori inimaginable, de même le médiateur professionnel peut-il rétablir une qualité relationnelle là où cela semblait inimaginable.

Le second élément utile au médiateur professionnel que je vois dans cette image réside dans la croyance absolue du chercheur qu’il va pouvoir créer une situation nouvelle par rapport à la situation d’origine. Comme on le lit dans l’article, les propriétés du blanc d’œuf décuit sont nouvelles par rapport à celles du blanc d’œuf avant cuisson. Cette croyance lui était nécessaire pour entamer sa recherche, et procéder à l’investissement de temps et d’argent, cela se comprend. Mais comment pouvait-il en être si certain ?
Ma réponse est à la fois scientifique et ... philosophique.

Scientifique : concernant la recherche et l’invention, mon opinion est qu’on n’invente jamais rien. Ce qu’on « invente » existe depuis bien longtemps avant qu’on ne l’invente, car en réalité, aucune invention ne sort du néant. Ce que l’on appelle généralement invention consiste à combattre des idées reçues, à remettre en cause des dogmes, en allant chercher des informations existant déjà mais inutilisées, pour les assembler d’une nouvelle manière. Quelques exemples peuvent permettre de comprendre cette idée. Je vous dirai ensuite en quoi cela est utile au travail du Médiateur Professionnel.

Einstein a-t-il « inventé » la relativité ? Certainement pas : Einstein a mis en forme mathématique (E=mc2) un système (la courbure de l’espace–temps et ses conséquences) qui existait depuis que l’univers existe, et d’autres auraient pu le faire avant lui. Ce n’est pas Einstein qui a inventé la courbure de l’espace-temps. Ce faisant il a été combattu par ses pairs pour avoir remis en cause leurs certitudes, et il en est toujours ainsi des rebelles. Copernic, Galilée, Pasteur, Marie Curie, Flemming, Edison, ... ont tous apporté quelque chose d’important à notre monde, et bien sûr il n’est pas question de minimiser pas leur génie.

Qu’ont-ils fait ? Ils ont tous été capables de remettre en question des certitudes, d’explorer des directions de recherche improbables, de les analyser et de les synthétiser pour aboutir à leurs résultats. Ouverture d’esprit, audace, courage et force de lutter contre les apparences, rigueur et persévérance leur ont été nécessaires. Avec parfois un zeste de chance et de sérendipité. Telle a également été la démarche géniale des chercheurs pour décider de décuire un œuf dur. Les nouvelles propriétés qu’ils ont découvertes seront utiles dans la lutte contre le cancer, mais ces propriétés existaient depuis que l’on cuit des œufs durs, et continueraient d’exister même s’ils ne les avaient pas découvertes !

Philosophique : parce qu’on est bien obligés de constater avec les exemples ci-dessus, que l’Univers est un « puzzle géant » dans lequel nous puisons petit à petit tout ce dont nous avons besoin. Pour découvrir certaines propriétés de la nature, des remèdes à des maladies, des techniques pour aller dans l’espace, ou pour découvrir ce qui existait avant le big-bang, ..., il faut du temps à nos cerveaux, et des moyens qui ne sont pas toujours disponibles. Mais à part cela les solutions sont déjà présentes dans le « puzzle géant », tout comme l’était la prolifération des bactéries sur un morceau de viande abandonné, qui a permis à Pasteur de mettre au point la pasteurisation. La démarche du Médiateur Professionnel est identique à celle des chercheurs : pour le Médiateur Professionnel la possibilité de rétablissement de la qualité relationnelle est une certitude, et il sait même qu’elle va créer une nouvelle situation, et qu’il ne peut en être autrement car cette nouvelle situation préexiste dans l’histoire même du conflit. Sur ce plan, le Médiateur Professionnel est lui aussi un rebelle.

Cependant pour y parvenir, tout comme pour les chercheurs scientifiques, la recherche du rétablissement de la qualité relationnelle par le Médiateur Professionnel sera conduite selon une démarche structurée et éprouvée, gage d’une réussite assurée..

Outils personnels
Translate