Déontologie et médiation

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark

Médiation et déontologie

Définition déontologie : « Le terme déontologie professionnelle fait référence à l’ensemble de principes et règles éthiques (Code de déontologie, charte de déontologie) qui gèrent et guident une activité professionnelle. Ces normes sont celles qui déterminent les devoirs minimums exigibles par les professionnels dans l’accomplissement de leur activité. » (Wikipedia)

Pour la petite histoire, le plus vieux code de déontologie connu est le serment d'Hippocrate.

Le déontologue est donc, par essence, le garant du respect d'un corpus de règles qui s'imposent à l'ensemble de l'organisation pour laquelle il travaille. Le fait qu'il adhère ou non à ces règles n'est pas le sujet. C'est probablement souhaitable, et sans doute plus confortable pour lui, mais ce n'est en rien indispensable.

En tant que garant de ces règles le déontologues est amené à se prononcer sur la qualité, le degré de leur respect par des acteurs de l'entreprise. Il pose donc, si ce n'est un jugement, au moins un diagnostic. A partir de ce diagnostic, il appartient éventuellement aux personnes disposant de l'autorité de mettre œuvre un plan d'actions visant à rétablir la conformité à la règle. Le déontologue peut participer à l'élaboration de ces mesures, à leur évaluation pré et post mise en œuvre, mais il n'est pas responsable de l'action par elle même. Dans les cas de fautes ou de manquements les plus lourds, le déontologue sera appelé par l'autorité qui aura le pouvoir et le devoir de sanction, à qualifier les faits en qualité de spécialiste, de personne détenant le pouvoir de prononcer un diagnostic. Ces éléments entreront dans la prise de sanction éventuelle.

La posture du déontologue : - impartial par rapport aux parties en cause, à condition que l’autorité suprême de l’entreprise ne soit pas impliquée ; - impliqué, car émanation de l'autorité suprême de l'entreprise qu'il est chargé de représenter, voire de protéger - engagé vis à vis de la solution, dans la meure ou il devra s'assurer que celle ci respecte les règles de l'entreprise.

Le déontologue est donc en quelque sorte un gardien engagé, dont l'action vise à protéger l'entreprise contre les comportements "déviants", non conformes de certains collaborateurs de l'entreprise.

Définition de le médiation : action qui vise, par l'intermédiaire d'un tiers, le médiateur, à permettre à des personnes en conflit de trouver par elle-même une sortie acceptable.

La posture du médiateur : - Impartial par rapport aux parties ; - Indépendant par rapport à toute figure d’autorité, tout système de valeurs ; - Neutre par rapport à la solution trouvée par les parties en conflit.

Médiateurs et déontologue : opposition ou complémentarité ?

Opposition : le médiateur, dans son rôle d'accompagnement des parties à trouver elles-mêmes une solution, s'affranchit de toutes les règles. Plus précisément, il considère que toute règle peut être questionnée et doit définitivement l'être si cette mise en cause est une voie pour la construction d'une solution commune aux parties en conflit. Le médiateur ne pose aucun jugement de valeur ni sur les personnes, ni sur la solution qu'ils ont choisie. Il ne confronte pas les protagonistes à un code ou à un corpus de règles, mais à eux mêmes. Le déontologue lui n'existe qu'en référence à ce corpus de règles, dont ni son action ni sa parole de sauraient s'affranchir. Raisonnement poussé à l'extrême, une solution trouvée suite à une médiation pourrait ne pas être considérée comme conforme par un déontologue.

Complémentarité : le travail de diagnostic du déontologue, s'il n'aboutit pas à une sanction qui de facto évince l'une ou l'autre des parties en présence peut simplement confirmer à l'autorité l'intérêt ou l'urgence à agir. Si cette urgence tient principalement dans des difficultés qui sont dans la sphère de la qualité relationnelle, dans la mise en œuvre de pratiques non acceptables parce que les parties non pas trouvées comment faire autrement, si l'autorité souhaite d'abord et avant tout se donner les moyens de dépasser la situation rencontrée, de résoudre la situation conflictuelle plutôt que d'avoir recours (principalement) à la sanction, alors un médiateur peut intervenir. Le champ est suffisamment large et libre, l'accent est mis principalement sur l'axe de la résolution. L'entreprise accepte de sortir et la sphère du jugement, ou pour le moins de le circonscrire, de telle manière à ce que la sanction ne soit pas excluante au point ou la médiation serait sans issue.

En synthèse, la déontologie et la médiation ne se situent pas sur le même plan. La déontologie vise d'abord et avant tout à protéger la communauté par des règles « de bonne conduite ». La médiation s'inscrit elle dans une dynamique résolutoire au service des personnes en conflit. Pour ce faire elle à besoin d'un espace le plus large possible et non jugeant.

Au final, les deux sont au service de l'efficacité de l'entreprise.

Outils personnels
Translate