Discussion:Coaching professionnel et médiation professionnelle

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark

Sommaire

Pour signer

Stéphane, tu me demandes comment signer comme je le fais. Voilà la procédure : Pour avoir ta signature et ta photo sur les pages de discussion, il faut que tu fasses une intervention dans les préférences de ton wikimediation. Quand tu es sur ton compte, en haut à droite il y a ton nom, puis sur la même ligne tu trouves préférences. Tu cliques. Dans cette nouvelle page des préférences, tu vois : Signature pour les discussions : et une case à remplir. Dans cette case, tu vas mettre le code suivant :  [[Utilisateur:Stéphane SEIRACQ|Stéphane Seiracq]] → <sup><small>[[Discussion Utilisateur:Stéphane SEIRACQ|boudoir]] . [[image:Stéphane Seiracq.jpg|20px]]</small></sup> ce qui donnera  Stéphane Seiracq → boudoir .

et avant d'enregistrer, tu coches la case

Traiter la signature comme du wikitexte (sans lien automatique)

Ensuite, tu enregistres les préférences.

Désormais pour signer, tu saisis ~~~~ que tu peux obtenir en cliquant sur une des icônes visibles au dessus de la cellule de saisie du texte. C'est à côté du W barré de rouge...

voilà. A+ -- Jean-Louis Lascoux → boudoir . 13 septembre 2012 à 23:33 (CEST)

Le changement

"Si le coaching inclue une certaine proximité avec le changement, la médiation professionnelle a le changement comme constante. "

lorsque tu évoques la "proximité" avec le changement pour le coaching, cela me fait réagir car je pense qu'il s'agit bien là d'une similitude avec la médiation, et non d’une différence. ce que souhaite le coaché,... c'est bien un changement. bien sûr il diffère selon la situation, quelquefois il est masqué et le coach doit le démasquer. Mais pour moi dans tous les cas le travail du coach est bien de créer une modification de la situation de départ, c'est là que réside l'essentiel de son action, de son intervention. en effet, que dire d'un coach qui finirait un accompagnement sans avoir conduit la personne à modifier (changer) quelque chose. Alors, soit la demande était inexistante et c'est le coach qui l'a crée pour son propre bénéfice (Aille !)ou bien il n'a pas réussi à guider le coaché pour créer le changement demandé (et encore Aille!).

Et même si l'on regarde s'il existe une différence sur le champ concerné par le changement (dans un cas le sujet, et dans l'autre la relation), au fond le coach comme le médiateur s'attachent à initier une dynamique de changement sur les mêmes registres. La perception d'une situation, l'interprétation de celle-ci, les jugements qui en découle (sur soi, ou sur l'autre) et c'est bien sur ces registres que coachs et médiateurs œuvrent de concert...Stéphane Seiracq

Bonjour Stéphane, ton propos m'amène à rappeler une chose, et en la préciser : en coaching, le changement dont il s'agit est un changement en soi, tandis que le changement dont il s'agit en médiation professionnelle est un changement relationnel, directement visé par la demande en médiation. Je crois que là, c'est plus clair ?  Jean-Louis Lascoux → boudoir . 13 septembre 2012 à 13:55 (CEST)
Exactement ! nous sommes en phase . --Stéphane SEIRACQ → boudoir . 13 septembre 2012 à 22:58 (CEST)
MEDIATION ET COACHING
Contribution Nathalie NOMDEDEU
Pour répondre à la question posée par Jean-Louis LASCOUX, j’ai cherché à mieux comprendre le coaching en me rapprochant de la société française de coaching 1 pour savoir si nous pouvions assimiler le coaching et la médiation. La définition retenue par la société française est la suivante : « Le coaching est l’accompagnement de personnes ou d’équipes pour le développement de leurs potentiels et de leurs savoir-faire dans le cadre d’objectifs professionnels. »
Pour François Arfel2, le coach n’est ni un conseiller ni un formateur et encore moins un thérapeute. La pratique du coaching n’est pas nouvelle mais son exercice se codifie. Le profil type du coach est, selon la société française, une personne âgée de 45-50 ans, avec une vingtaine d’années d’expérience professionnelle. Beaucoup sont des hommes d’entreprise formés aux sciences humaines.
Un coach est un praticien confirmé qui doit avoir bénéficié d’une formation en réalisant un travail sur lui-même car ce métier exige une écoute, une absence de jugement et le respect de la confidentialité. Autant d’éléments qui sont valides pour le médiateur. Le coaching permet d’ouvrir de nouvelles perspectives de progrès pour les individus et les équipes. Là encore nous pouvons considérer que la médiation à des finalités proches mais ce sont les parties prenantes qui doivent en prendre conscience elles-mêmes de leurs capacités à progresser. Par Nathalie Nomdedeu

L'impartialité

"Le coach prend le parti de son client, dans l'optique d'une solution déterminée" Je reviens sur cette partie qui comporte deux éléments distincts et qui méritent certainement un débat. Le coach prend le parti de son client dans le sens où il est "avec lui" à ses cotés. Il l'accompagne vers un objectif qu'il s'est lui même fixé. Pour autant, dans un coaching d'entreprise il doit aussi prendre en compte la demande du prescripteur (l'employeur) qui est le commanditaire. C'est une similitude que l'on retrouve dans la médiation professionnelle. Le coach et le médiateur professionnel se retrouvent dans une posture de distanciation afin de faire émerger la solution chez leur(s) client(s) dans une posture de neutralité et d'impartialité. C'est ainsi, alors que la demande du commanditaire est de développer son collaborateur, que l'on peut aboutir par exemple à une démission de la personne coachée, ayant pris sa décision en libre arbitre, comme cela peut être le cas au cours d'une médiation. Le parti pris n'est donc peut-être pas approprié dans le cas d'une relation tripartite en entreprise, ce qui est différent dans le cas d'un coaching où le coaché est le commanditaire. Au final le coach ne prend pas le parti de son client, mais il l'aide à trouver les moyens de modifier la situation.

Ma deuxième remarque porte sur "une solution déterminée". Le coach comme le médiateur professionnel doivent déployer les deux attitudes de neutralité et d'impartialité. le coach doit être attentif aux sentiments qu'il développe à l'égard du coaché ou de sa situation, et rester à distance des sentiments de sympathie ou à l'opposé d'antipathie. il ne doit pas non plus porter de jugement sur la solution envisagée par le coaché, au risque d'influencer et de plaquer des solutions "déterminées". Le pire : je sais ce qui est bon pour toi !

Le coach aide son client à trouver ses propres solutions, il le fait réfléchir sur des options de résolution de la situation. c'est là je pense deux similitudes avec la médiation professionnelle, dans des contextes différents bien sûr. --Stéphane Seiracqboudoir . 19 septembre 2012 à 11:22 (CEST)

Ce qui serait intéressant c'est que tu poursuive sur ta lancée et indique ce que tu entends finalement comme différences en fonction des contextes, puisque les contextes sont différends.. -- Jean-Louis Lascoux → boudoir . 28 septembre 2012 à 18:43 (CEST)

article de Philippe Beck

j'ai pris connaissance d'un article de Philippe BECK paru dans dossiers HRM N° 3 , jobindex media ag 2006 intitulé COACHING ET MEDIATION: QUEL RAPPORT ?qui fait état des traits communs des deux activités :

L'auteur précise que dans les deux cas COACHING et MEDIATION on retrouve, la bienveillance, l'empathie, la confiance et la souplesse d'adaptation au terrain. Par rapport à notre approche de la médiation, je ne pense pas que la manière d'être soit un point commun entre les deux . Distanciation,indépendance et neutralité feront du médiateur un tiers qui s'attachera à la relation et qui ne s'aventura pas , comme peut le faire un coach, dans des relations d'empathie, ou de bienveillance caractéristique de l'accompagnement de la personne physique ou morale .

L'auteur évoque ensuite des similitudes entre les moyens d'action.Il évoque le questionnement, la reformulation comme point commun.Là encore il convient de relever que le questionnement est une différence importante car le médiateur n'a pas recours au questionnement pour conduire et accompagner la relation. Il évoque aussi des manières d'agir semblables comme "encouragement" , "accompagnement" , "juste distance", "éviter les conseils" qui laissent à penser que dans les deux cas nous centrons notre réflexion sur la personne physique ou morale alors que la médiation s'attache àgérer la personne par rapport à la relation.

Il évoque enfin une déontologie commune où seule la confidentialité pourrait être un point commun entre les les deux fonctions.

Beaucoup de similitude dit il et pourtant cet auteur rajoute qu'il est quasi impossible de jouer coah et mediateur à la fois !

Alors où sont les différences ! pour lui le coach serait partial et le médiateur impartial . Qu'en pensez vous ? christine vales


Coach long terme et médiateur court terme

Le coach travaille sur le long terme tandis que le travail du médiateur a davantage une finalité dans le court terme,le but étant de faire évoluer la relation qui pose question entre les intéressés. Utilisateur:Renaud durant de saint andré

Outils personnels
Translate