Discussion:Les liens du sang

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark
(Différences entre les versions)
Jean-Louis Lascoux (discuter | contributions)
(Page créée avec « '« Commentaires à la TV : Mesrine avait juré au commissaire, à notre prochaine rencontre, c’est le premier qui tirera qui aura raison. Mesrine foudroyé par un déluge … »)

Version actuelle en date du 18 juillet 2015 à 18:22

'« Commentaires à la TV : Mesrine avait juré au commissaire, à notre prochaine rencontre, c’est le premier qui tirera qui aura raison. Mesrine foudroyé par un déluge de plomb…
Gabriel : Putain, fermez lui la gueule à ce connard là. Il nous prend vraiment pour des glands ou quoi. Ils voulaient le buter, ils l’ont buté. Point final. (Contrainte + interprétations (jugement, insultes))
Le père : François, éteint. (Contrainte)
François : Deux secondes
Gabriel : Des vautours, bande d’enculés, quel tas de merde (Contrainte - interprétations)
François : T’es pas obligé de regarder (Contrainte)
Gabriel : Oh, ta gueule, toi. C’est tes potes qui l’ont buté, alors évidemment, Monsieur (Interprétation)
La sœur : Gabi
François : Tu ne sais pas de quoi tu parles. Il y a des armes dans la voiture. Si les gars ont tiré, ils ne pouvaient pas faire autrement (contrainte et prêt d'intention)
Gabriel : Oh, la bonne blague (Prêt d’intention)
François : Mesrine était en face, on sait de quoi il est capable (Prêt d’intention, interprétation)
Gabriel : Bien sûr. De quoi, vous, vous êtes capables, parce que vous l’êtes. Buter sans sommation, buter comme une merde. Et puis, ne me dis pas que je ne sais pas de quoi je parle, parce que les flics je les connais depuis quinze piges. (Prêt d’intention)
L’ami : Eh les mecs, il y a une super côte de bœuf
Gabriel : Moi, je l’emmerde ta côte de bœuf. Moi, quand j’étais au QHS, il n’y en a pas un qui est venu me voir, d’accord. Mesrine, lui, au moins, il était avec nous. (Prêt d’intention)
François : En attendant, le tueur, c’était lui, pas nous. Il ne faudrait pas inverser les rôles, merde. Et quand vous étiez en prison, vous n’étiez pas par hasard, il ne faut pas l’oublier, ça non plus. Mesrine, il a eu ce qu’il cherchait, c’est tout. (Contrainte, prêt d'intention + jugement)
Gabriel : Il a eu le choix, tu crois
François : Bien sûr, il a eu le choix et toi aussi. Arrête de nous faire croire que tu es une victime (Prêt d’intention + interprétation )
Gabriel : C’est des conneries ce que tu racontes et toi tu y crois, t’es encore plus con. Bon ça suffit, j’en ai plein le cul (prêt d'intention + interprétation)
Le père : Non, non Gaby, tu ne vas pas partir (il l’enlace). On est tous là, on ne se voit jamais. Eh, François, dis-lui de rester. Pourquoi t’as fait ce cirque. (Prêt d’intention, interprétation)
François : C’est moi qui ai fait ce cirque. OK, vous savez quoi, il va rester. C’est moi qui vais partir, salut.
La sœur : Non mais je pars, non mais c’est moi. Non mais, vous vous entendez. Maintenant vous allez la boucler et on va passer à table, simple question de politesse. »

Outils personnels
Translate