Discussion utilisateur:Eric Cordonnier

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark

Sommaire

ouvrage Olivier Adam

préambule

Lorsque j'ai lu ce livre , je l'avais parcouru comme un roman en ne voyant que l'action et le déroulement de l'oeuvre.
Depuis ma formation , je me suis replongé dans ce bouquin en analysant les différentes émotions et cela m'a permis de les décrire et les nommer.
J'avais vraiment l'impression d'être le bourgeois gentilhomme qui fait de la prose sans le savoir.
En lisant (et tu deviendras médiateur peut être philosophe) je suis conscient que j'ignorais.


Résumé du livre (les lisières)

le personnage principal Paul Steiner est partagé entre sa vie d'écrivain très bouleversée par un état souvent dépressif et sa vie de couple qui est rompue et laisse deux enfants dans un grand vide d'affection.

la situation du couple ou Paul prend un logement à deux pas de leur ancienne maison familiale du Finistére lui permet de voir ses enfants lors des weeks ends mais provoque une tension permanente avec son épouse Sarah.
Celui ci ne peut se détacher complètement de sa famille et sombre de plus en plus dans l'alcool et les médicaments.
Afin de faire un point dans sa vie , celui ci décide de revenir voir ses parents dans une ville de banlieue parisienne ou il a grandi.
Cette immersion dans son enfance ne lui donne aucune aide psychologique, mais participe à lui faire comprendre que toute sa vie d'enfance et d'adolescence n'a été qu'une vaste confusion.
Pendant toute cette période, Paul n'a jamais noué de relations durables avec ses parents, son frère et ses copains de classe.
La seule bouée à laquelle il s'accroche et une amie d'enfance avec qui il renoue des contacts et il s'aperçoit que celle ci après de nombreuses années vie encore cet amour non consumé; la suite nous apprendra que cette liaison est impossible et bloqué par un état émotionnel impossible à comprendre.
Paul ne cesse de vivre dans le regret de la rupture avec sa femme Sarah et cela devient obsessionnel pour finir avec la haine et le désespoir lorsque Paul s'aperçoit que Sarah a une liaison avec son collègue de travail, celui ci ne peut le supporter et va jusqu'à mettre ses enfants dans le plus grand désarroi en donnant une image négative de leur mère.

Analyse de la situation

  1. 1 (page 18) mécanisme d'émotionalisation

La situation est claire , les enfants de Paul souffre de la séparation avec leur père
je l'ai embrassée et elle est restée un long moment pelotonnée dans mes bras
le garçon est sorti sans dire au revoir à son père

  • putain, il aurait pu attendre que je lui dise au revoir

Sarah répond

  • Oh ça va , vous ne vous êtes pas lâchés pendant quarante huit heures

Paul a ce sentiment

  • Cette fois elle a réussie , je la déteste vraiment.

Les enfants se retrouvent pris en otage entre les deux parents.
Nous sommes dans un mécanisme d'émotionalisation.
Le duel et l'adversité se sont installés.

  1. 2 ( de la page 21 à la page 26) sentiment de remord et de rancoeur

Paul dans sa solitude refait le film de sa liaison avec Sarah, le sentiment de remord et d'abandon s'installe.

  • tu n'est jamais là disait toujours Sarah; vivre avec toi c'est vivre avec un fantôme.
  • tu n'est jamais là, tu es toujours dans tes livres et jamais avec ta famille.

Paul prend conscience de son égocentrage, mais il pense qu'il est victime de ses propres sentiments.

  • elle n'avait pas tort, je n'étais jamais là; je suis comme ça c'était comme une maladie.

Rancœur , conscience passive; je suis comme je suis .

  1. 3 ( page 45 ) raisonnement aporétique .

Paul arrive chez ses parents , son père est complètement bouleversé par l'hospitalisation de la mère.
Afin de partir le plus tôt possible , celui ci tente maladroitement de convaincre son frère vétérinaire de tenir compagnie aux parents.

  • tu devrais venir t'occuper de papa.
  • je ne sais pas ce qu'il mange et je ne peux absolument pas fermer le cabinet et puis j'ai les garçons sur les bras.
  • tu n'as qu'à les laisser à tes beaux parents.
  • tu rigoles pour qu'ils leur filent à bouffer ce qu'ils veulent et qu'ils aillent se coucher à pas d'heure.

Paul dans la discussion a tenté plusieurs solutions afin de le convaincre .
Nous pouvons comparer cet échange au film oui mais avec Gérard Jugnot ou nous sommes dans un raisonnement aporétique.

  1. 4 ( page 139 ) triangle sémiotique

Paul reconduit son père chez lui après être passé à l'hopital pour voir sa mère ; celui ci tente de renouer un dialogue avec le père.

  • ça ira?
  • bien sûr ça ira , je ne t'ai pas attendu pour savoir me débrouiller seul ici.
  • heureusement d'ailleurs car le peu de fois que nous t'avons vu ta mère et moi ces dernières années!

Paul a encaissé sans broncher.
Nous assistons à un triangle sémiotique entre le ressenti, la raison et l'action.

  • faits
  • contributions
  • ressenti

F C R

  1. 5 ( page 200 ) lâcher prise

Paul retrouve son amie d'enfance Sophie qui lui avoue que son amour pour lui ne s'est pas éteint et qu'elle entretient un jardin secret.

  • tu veux que je te montre ou je cache tes livres?
  • je dors sur tes livres.
  • je ne comprend pas pourquoi tu les caches?
  • je t'ai dit parce que Alain n'aime pas les voir dans la bibliothèque , il est jaloux , je lui ai raconté pour nous deux.

Sophie n'a pas lâcher prise , elle est dans un blocage émotionnel au risque de détruire sa vie conjugale.

  1. 6 (page 259 et 273 ) PIC

Paul s'aperçoit qu'une voiture qu'il connait est garée devant la maison de Sarah, celle ci appartient à un collègue de Sarah.
Son antipathie pour cet homme est déjà importante et Paul est persuadé que Sarah a une relation avec lui.
Paul téléphone à Sarah.

  • je ne te dérange pas ?
  • non je dormais , t'est toujours chez tes parents?
  • non je t'appelle pour te dire que je vais prendre les enfants.
  • Paul ça ne fait pas longtemps arrête de jouer les martyrs.
  • tu as fait quoi aujourd'hui?
  • rien de spécial
  • je croyais que tu faisais la sieste!

Paul ne se maîtrise plus (chacun de ses mensonges me vrillait le ventre ) et celui ci finit par se battre avec le collègue de Sarah.

  • qu'est ce qui t'as pris de le frapper , il est à l’hôpital.
  • a l'hôpital pour un médecin c'est normal.
  • tu lui a cassé le nez , mais putain qu'est ce qui t'a pris?
  • comment tu l'as appris.
  • il m'a appelée imagine toi?
  • Ah ça malheureusement pour moi, je n'ai aucun mal à imaginer , c'est d'imaginer le reste qui est plus dur tu vois?
  • le reste, de quoi tu parles?
  • ça fait longtemps que ça dure votre histoire?
  • non mais ça va pas ?
  • arrête Sarah, je l'ai vu sortir de chez nous.

Sarah finit par lui dire qu'elle est libre et qu'elle peut voir n importe qui, cela ne lui regarde plus et qu'il arrête de dire (chez nous) les enfants peuvent penser que tu pourrais revenir.
Nous avons dans ces propos une situation conflictuelle avec les P I C

  1. 7 ( page 288 ) Altérocentrage

Sophie est venue rejoindre Paul et souhaite refaire sa vie avec lui, mais Paul donne plusieurs arguments afin que Sophie revienne avec son mari.

  • Paul je n'ai pas arrêté de penser à toi.
  • mais ce n'est qu'une connerie d'adultère.
  • pourquoi tu salis tout ? c'était bien toi et moi dans la forêt.
  • je ne dis pas ça Sophie, c'est vrai que c'était beau mais enfin cela n'a pas de sens, tu as ton mari , tes enfants moi j'ai ma vie.
  • bien sur que ça un sens , on s'est retrouvés et depuis j'ai l'impression de revivre.
  • arrête revivre , tu vivais très bien sans moi.
  • qu'est que tu en sais?
  • écoute tu as sans doute raison, mais ce que je sais c'est que je n'ai pas envie de ça.

Paul a essayé de comprendre Sophie, il lui a témoigné de la reconnaissance .
Paul a maintenu une posture d'altérité face à Sophie qui s'obstinait dans ses convictions.

  1. 8 (page 296) A D R

Le conflit s'est vraiment installé et nous retrouvons les réactions d'adversité A D R
Sarah avoue à Paul la liaison avec son collègue.

  • ton collègue de mes deux a retiré sa plainte!
  • je sais , je le trouve trop bon avec toi
  • c'est ça trop bon , pourquoi tu m'as menti? pourquoi tu ne m'as pas dit qu'il était venu pour te baiser !
  • si tu veux tout savoir ,il est venu faire sa demande.
  • te faire sa demande, mais c'est qui ce type pour te faire sa demande?
  • des types plus civilisés et romantiques que toi
  • Eh ben au moins vous vous amusez

Nous retrouvons les trois réactions de l'adversité.

  1. 9 (page 334 ) de la confiance a la méfiance

Paul avoue à sa fille Manon que sa mère a un amant.

  • maman a quelqu'un?
  • oui je lui ai même cassé la gueule .
  • papa c'est pas drôle si maman a quelqu'un c'est foutu , vous ne vous remettrez plus ensemble; en tout cas il n'a pas intérêt à venir à la maison .

Manon a perdu toute illusion elle est désemparé, elle est passé de la confiance à la méfiance.

  1. 10 (page 336 ) La surenchère S3

Sarah vient s'entretenir avec Paul de son comportement, d'avoir dit à Manon qu'elle avait quelqu'un dans sa vie.
Paul résume, elle était furieuse comment ai je pu?elle a quitté l'appartement en me maudissant, les yeux plein de colère.
Après cela ils ne se sont parlé que pour pour le strict nécessaire pour la garde des enfants
Et toujours des allusions de plus en plus agressives (toutes ces phrases qu'on se jure de ne jamais prononcer ni entendre)

  • si tu pouvais les ramener à l'heure pour une fois
  • si tu pouvais faire en sorte qu'ils se couchent tôt
  • si tu pouvais les faire manger normalement

La surenchère S3

  • faire plus que ce qu'on fait déjà beaucoup
  • faire autant que ce que l'on fait moyennement
  • faire moins que ce que l'on fait peu

Conclusion

Le roman se termine sans que le couple ne puisse revivre ensemble.
L'adversité s'est installée peu à peu avec les PIC et les surenchères.
Aucune aide externe n'est venu démonter le conflit de Paul et Sarah qui se sont retrouvés chacun dans leur enfermement.
La médiation aurait permis au couple une inimaginable discussion afin de vivre de nouveau avec leurs enfants.
N'est ce pas ce que chacun souhaitait finalement.

Outils personnels
Translate