Discussion utilisateur:Stagiaire

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark
Version du 17 septembre 2017 à 15:33 par Stagiaire (discuter | contributions)

LA REUNION EN 10 POINTS

1 / RAPPEL DES ENGAGEMENTS

 Après avoir invité les parties à s’installer et rappelé l’objet de la réunion, faites redire à chacune d’elle ce à quoi elles se sont individuellement engagées, lors de leurs entretiens individuels pour garantir la qualité du dialogue.

- Ne pas interpréter les propos de l’autre

- Ne pas lui prêter de mauvaise intention

- Ne pas chercher à contraindre ou à imposer quoi que ce soit et de quelque manière que ce soit.

Il est très important que toutes les parties se prêtent à l’exercice. Attention ! Il est également très important, dès cette première étape, de veiller à ne pas laisser s’installer de prises de paroles intempestives ou toute autre tentative d’interruption de parole ou de déstabilisation. Si besoin est, n’hésitez pas à intervenir immédiatement pour recadrer mais faites-le avec tact et délicatesse.

2 / FAIRE LA SYNTHESE DE CE PREMIER ACCORD

Faites ensuite remarquer qu’il s’agit là d’un premier accord, faites-en la synthèse en reformulant sur le principe des 3 PICs. Vous insisterez ensuite sur le fait qu’il a été pris séparément, mais identiquement, basé sur le même désir (celui d’avoir la garantie d’un dialogue de qualité, apaisé), le même besoin (celui de trouver une solution qui leur convienne et qui puisse convenir à tous), cela permet de renforcer la pensée que tout n’est pas perdu et qu’il est encore possible qu’elles puissent s’accorder sur certains points.

3 / AVANCER L’IDEE QUE CE N’EST PAS LE PREMIER

En fait, elles en ont déjà partagé un au pare-avant, puissent qu’elles se sont déjà accordés de venir en médiation. C’est donc bel et bien un deuxième accord qui vient d’être obtenu. En soulevant ce fait, vous mettez ainsi en évidence les bienfaits quasi instantanés de leurs implications, renforçant par la même occasion leurs confiances en eux, dans leur capacité à s’entendre mais aussi, dans la confiance en votre capacité à les accompagnés dans leur décision, vers leur solution.

4 / SOULIGNER QU’IL EN EXISTE DÉJÀ UN TROISIEME

Surfez sur cette vague de sensation positive ! Car souvenez-vous, c’est le dernier point sur lequel vous vous êtes accordés en fin d’entretien individuel. Ils se sont également tous engagés, à vous autoriser, à leur rappeler leurs engagements s’ils avaient des difficultés à les respecter. Vous êtes, vous médiateur, le garant du maintien de la qualité relationnelle à leurs yeux et, à ce titre, ils vous ont accordé leur confiance. Voilà donc le troisième accord. Rendez-vous compte de l’impact positif immédiat : la réunion vient seulement de commencer et vous en êtes déjà au troisième accord et ce, uniquement grâce à :

- Leur implication,

- Leurs engagements

- à la confiance qu’ils ont bien voulu vous accordée.

Mettez bien en avant ce constat !

5 / REMERCIER POUR LA CONFIANCE MUTUELLEMENT ACCORDEE

Vous vous êtes, vous aussi, engagé en tant que médiateur lors des entretiens individuelle à être le garant du respect des principes de la qualité relationnelle et, au-delà de la confiance qu’ils vous ont accordée, ils vous ont autorisé à les recadrer si nécessaire.

Remerciez-les sincèrement et conjointement pour cette confiance mutuelle et pour leur implication dans le processus.

Enfin réaffirmez devant eux, votre attachement aux principes de qualité relationnelle. Vous pouvez également renouveler votre engagement.

Voilà, les bases d’une bonne réunion sont en place, les parties sont impliquées et confiantes.

6 / BILAN DE LA SITUATION ACTUELLE DU CONFLIT

Commencez par faire l’état des lieux du conflit. Chaque partie donne son point de vue sur la situation dans laquelle elle se trouve, sa vision du conflit.Les premiers désaccords risquent d'émerger. Tout le monde va dès à présent, mettre à l’épreuve ses engagements. Ne vous laissez pas déborder, n’oublier pas que vous êtes le garant de la qualité relationnelle et, que vous êtes autorisé à signaler, recadrer même toute dérive, tout débordement. Vos clients vous ont accordé leur confiance dans votre capacité à maintenir cette qualité. Interrompez, synthétisez, reformulez en F.C.R., relevez les attitudes négatives, les postures contre-productives, à tout moment, restez maitre de la qualité des échanges.

Ensuite, lorsque tous s’accordent à penser qu’ils ont fait le tour de la question, que tout l’émotionnel semble purgé, que personne n’a plus rien à ajouter, faites la synthèse de la situation et obtenez en l’approbation.

Remerciez-les pour l’implication et la sincérité de chacun.

7 / DETERMINATION ET ANALYSE DES PISTES DE SORTIE DU CONFLIT

Dans cette situation de conflit à présent pleinement clarifiée, quelles sont réellement les possibilités de sortie ? Seules trois options sont possibles :

- la reprise de la relation comme elle existait avant de se dégrader

- l’aménagement de celle-ci

- la rupture consensuelle.

Or, à cette étape, il est bon de faire tomber une de ces 3 solutions (si elle ne s’est pas déjà exclue d’elle-même, évidemment). Sauf bien-sûr si seule la première option est retenue, faire maintenant l’inventaire de ce qu’il subsiste de la relation :

- Enfant(s)

- Biens matériels mobiliers et/ou immobiliers

- Investissement(s)

- Projet(s).

Bien souvent, là aussi, une deuxième des 3 options tombe également et alors l’option de sortie du conflit se dessine.

8 / RECHERCHE ET FORMALISATION D’UN PROJET

C’est le moment où l’imaginaire, l’esprit créatif de chacun va pouvoir s’exprimer. Votre rôle à présent n’est plus simplement de diriger ni d’orienter les débats, mais c’est aussi maintenant celui d’éclaircir le chemin, ouvrir de nouvelles pistes de réflexion et laissez libre-court aux idées, aidez les partis à trouver les mots juste, à préciser leurs pensées, explorez avec eux les possibles et accompagnez les dans le ou les choix qu’ils devront faire entre toutes ces pistes.

Mais soyez vigilant si l’on vous demande votre avis, veillez bien à conserver votre Neutralité et votre Impartialité dans vos réponses. Vous n’êtes pas là pour valider quoique ce soit et à la question « qu’en pensez-vous ? », jouez plutôt de la distanciation et répondez « vous en doutez ? ». Vous favoriserez alors la réflexion, sinon pourquoi douter ? En les amenant dans ce questionnement, vous renforcerez encore un peu plus l’implication dans leurs choix.

Enfin. Aidez-les à formaliser un projet commun.

9 / TROUVEZ UN ACCORD CONSENSUEL

 Là, 2 solutions s’offrent à vous :

- L’accord consensuel demeure verbal, il se cèle alors généralement par une solide poignée de mains. (Voir plus, si affinité retrouvée)

- Les partis pourront demander que l’accord soit écrit.

Il devra alors être rédigé en 2 exemplaires et sur papier libre, sans entête, sans logos, ni pied de page. Vous pourrez éventuellement, à leur demande, offrir en service la transcription de celui-ci sur informatique mais en aucun cas, vous ne serez le rédacteur et encore moins cosignataire du dit accord (Conformément au Codéome).

Et si toutefois il demeurait chez les parties un doute sur la validité du document, libre à elles de le faire

- valider par un conseil,

- enregistrer chez un notaire

- homologuer par un juge qui lui donnera alors, une force exécutoire.

10 / CLAUSE DE MEDIATION

Dans tous cas, quel que soit l’issue de la médiation, dans l’accord mais aussi au-delà de l’accord, assurez-vous d’obtenir pour le futur, l’engagement des parties d’être vigilantes au maintien de qualité relationnelle nouvellement rétablie, ainsi que l’assurance d‘un retour à la médiation dans le cas contraire.

Faites ajouter une clause de médiation dans ce sens en fin de rédaction si l’accord est écrit. Celle-ci devra être rédigée en conformité avec le Codéome. Vous trouverez les détails de son contenu ainsi que des exemples dans l’article correspondant dans le code de la médiation (2 ème Edition), en pages 403 à 405 du Livre II.

Synthèse de l'oeuvre : "Rire et châtiment" Film de 2003

Œuvre " Rire et châtiment" Film comédie de 2003 avec José Garcia Synopsis : Vincent est un ostéopathe comblé, marié, il amuse tout le monde et a de l'énergie à revendre. Tout le monde l'adore, ses amis, ses patients, il ne cesse de plaisanter et d'en faire des tonnes. En revanche, sa compagne Camille n'en peut plus, elle est épuisée par la vie à ses cotés. Lasse de vivre au rythme effréné d'un bouffon qui ne l'écoute pas et n'en fait qu'à sa tête, elle décide de le quitter en invoquant son égocentrisme prononcé. Lors d'un diner d'anniversaire, un ami de Vincent meurt d'une crise de rire. Vincent se remet alors en question et remarque qu'il existe que dans son statut de "déconneur". C'est le portrait bien senti d'un égoïste, qui a fait de sa vie un spectacle et de fait se trouve en perpétuelle représentation. Il va devoir dompter son humour pour gagner son bonheur. Vincent va beaucoup souffrir du rejet de Camille et va se remettre en question. Avec ardeur, il prend des cours de secourisme. Il va jusqu'à apprendre quelques mots de russe, s'initier à la danse tsigane et pour parfaire le tout, l'invite dans un restaurant russe pour mettre en application ses nouvelles connaissances. Bien qu'interpellée, Camille n'est pas dupe. Il va même faire une superbe oraison funèbre pour un inconnu, mort sous ses yeux et cela sans réussir à retrouver la confiance de sa bien-aimée Camille. Le joyeux drille se réveille à la fête d'anniversaire : ce n'était qu'un rêve. Prenant fait de ce terrible songe, Vincent va savoir se réconcilier avec Camille, en lui disant combien elle compte pour lui...

Regard du médiateur

Vincent Roméro fait rire tout le monde, aussi bien ses patients que ses amis. Le conflit avec sa compagne est né de l'agacement de Camille, à supporter ses pitreries ininterrompues, ca ne l'amuse plus, et le quitte. L'escalade du conflit Mode de communication : Les trois registres de la persuasion Ethos/Pathos/Logos

(0.54) Dans la voiture avec Camille, en rentrant d'une sortie de boite.

Vincent : C'était de la bonne grosse teuf de macaque Camille : Oh ! Tiens, j'ai un truc à te dire. Vincent : J'ai la grosse, grosse, patate, ce soir fallait pas me chercher. Camille : Jean va avoir un petit garçon Vincent : Glandouille, toi et ta voiture là Camille : Ralenti.... Jean va avoir un petit garçon. Vincent : (il parle de la prochaine soirée) Camille : Bon ben ralenti pas, mais Jean va avoir un petit garçon. Vincent : (il continue à parler de la prochaine soirée) Camille : Ben, quand même c'est ton pote d'enfance Vincent : Qu'est ce que t'en pense d'un hippodrome ? (comme lieu de la prochaine soirée) Camille : Tu m'écoutes jamais. Vincent : Je vais louer un bon gros hippodrome pour faire une party.

(0.10) A l'hôpital, quand Vincent va voir sa femme : la rupture

Vincent : J'ai droit à une explication, c'est à cause d'hier soi  ? Camille : Hier soir, et d'avant avant hier... Vincent : Bon bonne prise de shoot, tu rentres à la maison, on parlera un autre jour. Camille : Tu peux te gratter Vincent : Hey... (Ils sont dans la chambre d'un patient qui mange) Vincent : Camille, j'essaye de comprendre. T'es avec un mec fun, très fun, conviviale, envié de tout le monde, brillant, athlète de haut niveau...limite prix Nobel. Enfin merde, un mec qui a les moyens de t'offrir ce que tu veux. Camille : Je m'en fous de ton fric, tu ne le sais pas depuis le temps. (ils sortent de la chambre du patient) Vincent : Enfin merde Camille, on est bien quand même tout les deux. (Camille lui demande de faire moins de bruit, il est dans un hôpital) Vincent : On se marre bien oui ou non. Camille : On se marre bien, on ne fait même que ça. Tu es le mec le plus drôle de la terre, mais il te manque tout le reste. Je n'existe pas dans ta vie, en public oui, mais en privé c'est comme si j'étais invisible. Quand il y a toi et moi, il n'y a que TOI. Vincent : Bon ben je suis d'accord, on se sépare. Après tout je me vois très bien célibataire, je l'ai déjà été, ca allait. Mais attention, parce que dans 2 jours au max, tu vas mesurer douloureusement ce que tu perds. Camille . Hum.. Vincent : Je vais te manquer et faudra pas pleurer parce que je te reprendrai pas. Je te préviens Camille si ce soir tu n'es pas revenue, c'est fini. T'as compris, fini... Là il l'embrasse en souriant... Vincent : A ce soir ma puce, t'es vraiment... (et il part..)

Camille (PATHOS) (0.10) Camille dans cet échange, est plutôt dans le registre du Pathos : Elle reproche à Vincent son manque d'écoute, son manque d'attention, et n'a plus envie de poursuivre sa relation avec Vincent. Quand elle dit : "Je n'existe pas dans ta vie, en public oui, mais en privé c'est comme si j'étais invisible. Quand il y a toi et moi, il n'y a que TOI." La charge émotionnelle est présente. (passage à 0.10) Vincent (ETHOS) Vincent quant à lui, serait d'avantage sur un mode de communication de l'Ethos. Il cherche à légitimer, à convaincre Camille en se décrivant comme un mec fun, limite un prix Nobel. Avec ses patients et amis, Il sollicite la sympathie. Au delà de l'émotionnel, car Vincent est un "mec" sympa, c'est un "mec" que l'on ressent. Vincent est un manipulateur, quand il dit à Camille " Camille, j'essaye de comprendre. T'es avec un mec fun, très fun, conviviale, envié de tout le monde, brillant, athlète de haut niveau...limite prix Nobel. Enfin merde, un mec qui a les moyens de t'offrir ce que tu veux." Il se voit en trophée, en sauveur, en génie. Mais Camille ne rentre plus dans son jeu. Malgré tout, Vincent tente de ramener Camille à sa raison. Dans la manipulation de Vincent, la rhétorique prend toute sa dimension, puisqu'elle ne repose que sur son argumentation orale. (1.02) Son associé et ami Jacques (LOGOS) : Son meilleur ami Jacques, acupuncteur, tente de le sortir de la déprime. Jacques :Non, non me dit rien. Tu as encore fait ton numéro, un truc énorme qui fait plein de bruit, qui en met plein la vue. Oh ! la la la.... c'est plus fort que toi. Au lieu d'être sincère, il faut que tu flambes, tout çà parce que MONSIEUR Vincent veut toujours être leuuuu... Vincent : Ca va Jacques ! Jacques : Tu veux que je te dise. Moi, je passe inaperçu, je rase les murs, je ne fais pas de vague pour pas que l'on me regarde. Ben toi, tu t'agites dans tous les sens pour pas qu'on te voit ! Dans cet échange, Jacques est clair, logique, il s'adresse à l'esprit rationnel de Jacques. Son mode de communication est de type "Logos"

Le conflit et son mécanisme, PIC : (Passage 0.61) En rentrant chez eux, Vincent et Camille

Camille : J'essaye de te dire quelque chose, tu m'entends pas. Tu m'écoutes jamais Vincent : Mais si je t'écoutes Camille : J'ai l'impression de vivre avec une batterie qui se vide pas. Même la nuit tu bouges, tu ries. Tu ne peux pas te calmer un peu Vincent ?

(Sonnerie du téléphone)

Camille : Pour partir en vrille, je suis la première, mais on n'a jamais un moment tranquille pour discuter.... Vincent : Allo (il a décroché le téléphone) (Camille continue à lui parler, mais il ne l'écoute plus...il est dans sa discussion téléphonique)


Prêt d'intention : Camille dit à Vincent qu'il ne l'entend pas, qu'il ne l'écoute jamais. Elle lui prête l'intention de ne jamais l'écouter. Au passage 0.10, Camille dit à Vincent qu'elle a la sensation de ne pas exister dans sa vie, d'être invisible. Contrainte : La contrainte qui apparaît, c'est qu'ils n'ont jamais un moment à eux pour discuter. Au passage 0.10, la contrainte qui parait évidente, c'est que Vincent prend trop de place en public et ne lui permet pas d'exister en tant que compagne. Interprétation et jugement : Camille interprète que Vincent ne l'entend pas, car il est comme une batterie qui ne se vide pas. Elle lui demande de se calmer un peu. Elle juge son comportement inapproprié et lui en suggère un autre. Au passage 0.10, Camille interprète en disant à Vincent, qu'à deux, seul lui existe.

Pour conclure, je dirai que même si Camille fait le choix de sortir de cette relation conflictuelle par l'adversité, en se résignant à partir. A la fin du film (1.20), dès que Vincent sort de son rêve, il décide de changer, d'aménager sa relation, de la faire évoluer de manière à réduire, voir supprimer les éléments conflictuels. Il se repositionne dans la relation et devient enfin le mari attentif dont Camille rêve.

Par Annabelle MARAT

Outils personnels
Translate