Emission télévisée TF1, Pascal le Grand frère

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark

Ebauche sur l’émission télévisée de TF1 en date du 5/02/2008

« PASCAL, LE GRAND FRERE»,
vue par Murielle Krief

Situation proposée

A 19 ans, Alexandre est un homme écorché vif depuis le suicide de sa mère il y a cinq ans. Dès cet instant, la « surprotection » de sa mère lui manque. Effectivement, de nature dépressive, sa maman succombait systématiquement à tous ses caprices, puis sur quatre enfants, Alexandre était son seul fils. En outre, il est diabétique et sous insuline depuis son plus jeune âge et refuse aujourd’hui de se soigner. Ainsi, il a un sentiment d’abandon et il ne veut pas donner un sens à sa vie. Dès lors, il devient agressif (casse tout sur son passage), violent et injurieux envers sa belle-mère, Sophie. Puis, son père, également son employeur, se trouve dans une totale incompréhension envers son fils. Donc, leur dernier espoir est l’intervention de Pascal, le grand-frère, pour qu’une « inimaginable discussion » entre les personnes en conflit aboutisse et que la famille retrouve son équilibre.

Visiblement, Alexandre ne réussit pas à faire le deuil du décès de sa mère. Dès lors, aucun changement ne peut être opéré. Selon, la courbe du deuil, élaborée par Elisabeth Kobel Ross, Alexandre se situe à l’étape de la révolte.

Cette émission est présentée par les médias comme une émission de médiation. Effectivement, la mission de Pascal, le grand-frère consiste à rétablir le dialogue et un climat de confiance au sein de cette famille en crise.

Discussion sur la méthode d'intervention

Néanmoins, cet accompagnateur respecte-t-il véritablement les règles de la médiation, se sert-il des outils de la médiation ou de ceux de la conciliation ?

1. fonctionnement : Pascal enregistre par vidéo la vie de la famille durant quelques jours avant son intervention. Nous ne voyons pas la rédaction des documents de médiation : lettre de mission, fiche de présence, délivrance de facture…mais cela peut-être envisageable hors antenne.

2. communication : - forme impérative, de conseil, d'intimidation grand frère, de sympathie, exigence relationnelle : « je ne veux plus que tu parles comme cela à ta belle-mère » ; « je veux que tu te réconcilies avec ta belle-mère ». - Pascal ne se sert pas d’une communication médiatrice objective en appliquant la règle des trois PIC, ni de la synthèse de ce que l’autre exprime. Il est même lui-même dans le jugement.

3. Rôle du tiers intervenant : Pascal est impartial dans ses intérêts et implications, indépendant dans ses relations mais non garant de la confidentialité (émission de TV), ni neutre quant à la solution. En effet, il est plutôt un Conseil : En s’adressant à Alexandre, « il faut que tu sortes tout ce mal de toi…. ». A l’égard du père et de la belle-mère, il leur conseille d’accorder leur violon pour l’éducation d’Alexandre : « vous devriez le sanctionner dès l’instant qu’il ne contrôle pas ses nerfs et casse quelque chose. EX. : diminution de son argent de poche. En conséquence, ce tiers est dans un raisonnement analytique et non dans un raisonnement analogique et aporétique.

4. Le processus : en raison de l’enregistrement de la vie de la famille en difficulté sur une courte période avant l’intervention de Pascal, ce dernier procède à une brève contextualisation. De plus, aucun entretien individuel n’est conduit par Pascal avant la réunion des parties prenantes. Toutefois, il s’adresse isolément à certains d’entre eux au fur et à mesure de l’interview.

En conclusion

En Résumé, Pascal, le grand-frère n’adopte pas la posture du médiateur stricto sensu. En effet, tandis que le médiateur fait émerger les décisions des parties, Pascal propose des solutions pour résoudre le conflit et joue un rôle de conciliateur. Néanmoins, parce qu’il transmet un message pacificateur, porte la parole de l’autre personne en conflit, il est un éducateur, un pédagogue à l’instar du médiateur.

Outils personnels
Translate