Emmanuel Robeiri

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark
(Différences entre les versions)
Ligne 6 : Ligne 6 :
==Formation==
==Formation==
-
DELAM.
+
Diplome d'Etat de Laborantin d'Analyses Médicales à l'Hopital Pitié-Salpétrière.
-
DUTS.
+
Diplome Universitaire de Biologie Transfusionnelle à la Faculté de Médecine de Créteil Paris XII.
-
Médiateurs Associés.
+
Médiateurs Associés sous l'égide de la Chambre Professionnelle de la Médiation et de la Négociation en Martinique.
==Article ==
==Article ==

Version du 22 mai 2009 à 14:11

est Médiateur stagiaire

Médiateur stagiaire, membre du Collège des amis de la médiation, instance de la Chambre professionnelle de la médiation et de la négociation.

Sommaire

Parcours professionnel

20 ans d'exercice professionnel dans les laboratoires des Hopitaux de Paris. Spécialisation en Transfusion Sanguine.

Formation

Diplome d'Etat de Laborantin d'Analyses Médicales à l'Hopital Pitié-Salpétrière. Diplome Universitaire de Biologie Transfusionnelle à la Faculté de Médecine de Créteil Paris XII. Médiateurs Associés sous l'égide de la Chambre Professionnelle de la Médiation et de la Négociation en Martinique.

Article

Le film "Les Visiteurs du Soir" selon le point de vue du résistant, ou

"Quand des grandes pointures de la littérature et du cinéma français, Jacques Prévert et Marcel Carné, à une heure sombre de l'histoire, étalent la parabole pour insuffler l'espoir"…

En 1942, sous le couvercle de l'occupation, des interdits de Vichy et de la censure sévissant partout en France, et à partir d'un scénario de Jacques Prévert, Marcel Carné, assisté par Michelangelo Antonioni, décide, pour conserver une entière indépendance cinématographique, et pour insuffler l’envie de liberté du "contre-courant", de proposer aux spectateurs une évasion d’un autre genre... Ils réussirent le tour de force de mettre en scène, dans un décor d'un autre temps, un point de vue de résistant, que certainement sinon, l'histoire leur aurait fait taire… Aux spectateurs avertis, capables de déceler des mots le sens, et à ceux dont les sens n’étaient plus qu'à peine voilés, par la métaphore qui dans sa nudité éclatante dansait sur l'écran des illusions, ce film a su concourir à maintenir et soutenir, l'espoir secret d'un lendemain meilleur…

Selon notre point de vue, nous percevons différemment une "œuvre", et si notre miroir est d'une propreté parfaite, de féminin il peut la transformer en "chef", capable d'éclairer des plus hautes valeurs... Re-regardons ce film, où le diable, joué par Jules Berry, et qui en grec "diabolos" est celui qui divise désunit, et qui d'ailleurs apparaît sous la forme du binaire au début du film à travers ses deux ménestrels, ou le malin donc, usant d'abord de séduction pour se faire adhérer, en usant de perturbations ensuite, de prêts d'intentions, d'inférences subtiles et de contraintes à peine voilées, et, sous le couvert du secret (…il voudrait nous faire croire…) lié à son exercice, réussit si bien par sa provocation tendancieuse, en manipulateur expert, et se soi-disant consolateur d'une humanité maladroite, à presque toujours, gagner ses parties...


Contact

Tel : 0690 86 30 52
Mail: 1chnave@orange.fr


Outils personnels
Translate