L'attaque du metro 123

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark

TITRE DU FILM : L’attaque du Métro 123 Date de sortie : 2009 Réalisateur : Tony Scott Acteurs principaux : Denzel Washington, John Travolta, Luis Guzman

SYNOPSIS ET DÉTAILS

Walter Garber est aiguilleur du métro à New York. Comme chaque jour, il veille au bon déroulement du trafic, lorsque la rame Pelham 123 s'immobilise sans explication. C'est le début du cauchemar. Ryder, un criminel aussi intelligent qu'audacieux, a pris en otage la rame et ses passagers. Avec ses trois complices lourdement armés, il menace d'exécuter les voyageurs si la somme de 10 millions $ ne lui est pas versée dans l’heure qui suit le début de la prise d’otage. Entre les deux hommes commence un incroyable bras de fer. Chacun a des atouts, chacun a des secrets, et le face-à-face risque de faire autant de victimes que de dégâts. La course contre la montre est lancée... LES ELEMENTS CONSTITUFS DU CONFLIT Ryder (le chef de la bande) et ses trois complices prennent en otage toute une rame de métro, le métro123, avec 19 personnes à bord et se met à dos ainsi toute la police de la ville de New-York – ASPECT JURIDIQUE Une rançon de 10 millions $ est demandée pour la libération des otages par les ravisseurs – ASPECT TECHNIQUE Les passagers pris en otage sont terrifiés, surtout après la mort du policier du métro 123. De plus, les ravisseurs menacent de les tuer tous si l’argent n’arrive pas à temps – ASPECT EMOTIONNEL

LE PROCESSUS DE NEGOCIATION Pendant la mise en place de leur dispositif, un incident intervient et un policier est abattu par un des complices de Ryder, pris de panique à la vue de celui-ci. Ryder libère alors tous les passagers des autres rames du métro et contacte le contrôle central du métro pour fixer ses exigences et est reçu sur la radio par Walter Garber : Ryder : « … je ne voulais pas appeler avant que tout soit prêt…, je suis l’homme qui va faire trembler cette ville…, vous appelez le maire et vous lui dites que je veux la somme de 10 millions de $ en 100 000 coupures de billet de 100…, à 3h13 je veux que mon argent soit livré(soit dans 1h)…, sinon je vais tuer des marchandises(en parlant des passagers) à chaque minute que vous dépasserez… »Dira Ryder - CONTRAINTE Le maire est aussitôt avisé de la prise d’otage et des exigences des ravisseurs… Garber recontacte alors Ryder pour l’en informer, et ce dernier lui demande : « Est-ce qu’ils vont payer ? », « je l’ignore, je ne suis que le… courtier » répond Garber… « Non, non, non vous représentez la ville de New-York en ce moment mon ami » lui dit Ryder –RECONNAISSANCE et RECADRAGE Garber réplique : « eh bah…, je peux vous dire que vous faites affaire avec la championne de la bureaucratie, c’est, ça prend du temps vous savez… ? » Pendant la conversation, Garber écrit sur une feuille de faire appel à l’équipe de négociateur de la police car il s’agit d’une prise d’otage et il estime à juste titre ne pas être compétent pour gérer une telle situation Ryder : « bah ! Faudra lui parler à votre bureaucratie, parce que quand le temps expirera, ces foutues merdes, ces otages vont lever le pied très rapidement… » RECADRAGE, PICS NEGATIFS, CONTRAINTE. « Entendu, entendu…, il y a d’autres demandes ? Êtes-vous des terroristes ? » Demande Garber. « Est-ce que j’ai l’air d’un terroriste ? Est-ce que je vous terrorise, vous ? Demande Ryder à Garber.- RECENTRAGE. « En fait non, mais… je n’ai jamais parlé à un terroriste… » Réponds Garber – RECONNAISSANCE. « …ouais je sais que bientôt je ne serai plus tout seul et que si je suis le premier à me faire descendre, il y en aura beaucoup d’autres qui suivront… » Dit Ryder - CONTRAINTE Il lui dira par la suite : « …je suis un homme qui paye ses dettes et vous ? ». Garber répondra : « oui c’est sûr, câble, TV, mon paiement hypothécaire… » « Vous êtes un homme marié, mariage égal hypothèque… » Lui dit alors Ryder – DEDUCTION. Et Garber de répondre : « peut-être bien… » (…) Ryder : « vous savez, ça me rappelle un peu le confessionnal… » « Vous êtes catholique ?... Je suis marié et vous êtes catholique…un bon catholique serait conscient qu’il détient un wagon rempli d’innocents, est-ce que vous voulez vraiment tuer des innocents » Déduit et demande Garber – DEDUCTION, JUGEMENT, RECADRAGE. (…) « Je vous aime bien Garber et peut-être bien que vous serez mon dernier ami… » Lui dit Ryder – RECONNAISSANCE « J’espère que c’est faux Mr Ryder, en fait je suis juste un gars à l’autre bout.. » réponds Garber. – RECADRAGE - « Euh… vous ne croyez pas que c’était prévu, vous et moi ? » demande Ryder.- ALTEROCENTRAGE « Ah je l’ignore, souvent les choses arrivent et s’enchainent entre elles, peut-être que c’est ce qui se produit… » Réponds Garber D’un ton menaçant cette fois-ci, Ryder répond : « Bah ! Il reste 50 foutues minutes, recevez moi ? » GARBER : « D’accord, 50 minutes…reçu » RYDER : « Et ne m’appelles pas s’il n’y a rien de nouveau… » -CONTRAINTE « G.B., t’es foutument bon » dit un collègue à Garber après cet échange. - RECONNAISSANCE Lorsque la police arrive au central, le négociateur Camonetti demande à voir celui qui a conversé avec les « fumistes », pour parler des preneurs d’otage. Après lui avoir fait le point de la situation d’après ses notes – INTERPRETATIONS-, le négociateur de la police prend le relais et Garber est prié de se retirer sur injonction de son supérieur-CONTRAINTE-. Lorsque le négociateur entre en contact avec Ryder, ce dernier réclame Garber ; et comme Camonetti ne satisfait pas à sa demande, il menace en ces termes : « Conducteur débout ! Mettez Garber sur la foutue ligne ou je vais tuer le conducteur » - CONTRAINTE « Je suis désolé… je vous garantis Mr Ryder que je suis la meilleure personne à qui vous pouvez parler en ce moment. » réponds Camonetti – PIC POSITIF - Et Ryder de dire au conducteur : « j’ai toujours prévu que tu partirais le premier…Mr Camonetti il vous reste 60 foutues secondes avant que j’en tue un autre… c’est la ville de New-York qui a tué Jerry…59, 58… » - CONTRAINTE, PIC NEGATIF, INTERPRETATION Garber est alors rattrapé par ses collègues qui lui expliquent ce qui vient de se passer et que Ryder le réclame urgemment au risque de tuer quelqu’un d’autre. Garber de retour au pupitre, Ryder est rassuré et lui intime l’ordre de ne plus le quitter sans lui dire au revoir – CONTRAINTE -. La 2e phase d’entretien entamée par le négociateur de la police a été consommée avant même d’avoir commencé, par manque d’ECOUTE et d’ALTEROCENTRAGE, on assiste donc à une RUPTURE entre Ryder et Camonetti. Dès lors, Garber est investi comme Négociateur malgré lui… Le 3èmeentretien va avoir de nouveau lieu entre Ryder et Garber et sera alimenté par le poste que Garber occupe pendant qu’il est sous enquête. La pression monte au point que Garber est obligé d’avouer qu’il a reçu un pot de vin et explique l’usage qu’il en a fait, sinon Ryder menace de tuer un otage en la personne Georges. « Je vais tuer un otage si Garber n’avoue pas avoir reçu de l’argent » Garber répond à Ryder que le temps n’est pas écoulé « nous n’avons pas atteint le délai » et qu’il ne doit pas avoir de mort. Ryder était en train de s’éloigner du débat et donc Garber a fait un RECADRAGE, CONTRAINTE (de la part de Ryder). Pour sauver la vie au jeune Géo, Garber va reconnaître qu’il a reçu un pot de vin et Ryder de lui dire après : « vous savez quoi Garber, vous êtes mon sacré héros, vous savez ça ? Il y a un gamin ici que vous ne connaissiez même pas, vous venez de lui sauver la vie, vous être brave mon vieux, vous être foutument héroïque… » -RECONNAISSANCE-. S’adressant ensuite au jeune Geo, Ryder lui demandera d’avoir de la reconnaissance à l’égard de GARBER par ces termes : « Dis Garber merci, merci Garber grâce à vous ma vie est sauve… » Par la suite Phil Ramos est reconnu par ses anciens collègues, à travers la webcam de l’ordinateur de Géo ; ils identifieront par la suite Ryder sur la vidéo, un atout important pour la suite. Garber se remet dans une inimaginable discussion avec Ryder pour le détourner de son obsession à vouloir tuer des otages en cas de retard dans la livraison de la rançon. Et c’est ce qui s’est produit il a tué un otage pour mettre sa menace à exécution quand Garber a menti en disant que l’argent était à l’endroit indiqué, alors qu’il n’en était rien. Le lieutenant Camonetti entre en contact avec Ryder pour lui dire que Garber était à 2mn de lui, dans le tunnel avec l’argent ; Ryder de lui répondre : « Ah Garber, merde, voilà un mec qui est fiable, c’est un homme bien en plus ! ».-RECONNAISSANCE-PRET D’INTENTION-JUGEMENT-DEDUCTION- Garber parvient à livrer la rançon à Ryder et ce dernier exige de lui de conduire le métro jusqu’à la station…d’où les ravisseurs se séparent ; Garber réussit à s’échapper dans un premier temps, puis à poursuivre et à arrêter finalement Ryder. Il sera contraint par la suite de tuer Ryder qui exigeait cela de lui… les autres complices, eux seront pris et abattus par la police. Nous notons que à un moment donné dans le film, il y a eu une apparente réunion réunissant Ryder, le Maire et la police qui elle, écoutait l’entrevue entre les deux précédents ; cependant, cet entretien n’a pas le caractère de « réunion » au sens de la médiation professionnelle en ce sens que : 1. Elle a été initié et forcé par Ryder ; 2. Ryder a eu à infliger beaucoup de PICS NEGATIFS au maire 3. Ni Garber, ni Camonetti ne pouvait recadrer Ryder qui était en position de force du fait des otages qu’il détenait, mais surtout qui dirigeait seul les débats et n’avait pris aucun engagement vis-à-vis d’eux de ne point s’exprimer avec des PICS NEGATIFS à l’égard du maire L’impartialité de Garber (ici notre « médiateur » de fait) reste mitigée, car ayant tout fait pour satisfaire aux demandes de Ryder afin d’éviter que d’autres otages soient exécutés dans un premier temps, mais a également tout mis en œuvre par la suite pour arrêter le même Ryder et récupérer la rançon. On peut dire que notre négociateur de fait ici, Garber, n’est pas un médiateur professionnel car sa légitimité lui venait de Ryder, le preneur d’otages, qui l’a imposé à tous (hiérarchie de Garber et la police), et de qui il recevait des ordres en permanence (donc pas d’INDEPENDANCE de la part de Garber). Garber a également manqué de NEUTRALITE quant à l’issue finale du conflit, puisqu’il est allé au de-là de ce qu’on attendait de lui, à savoir qu’il devait juste entretenir la conversation avec Ryder le temps pour la police de monter une opération de sauvetage…

Outils personnels
Translate