La FNCM favorable à l'indépendance des médiateurs

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark

Lundi 10 mars, un article publié dans le journal La croix a attiré l'attention des stagiaires du module de formation Médiation et Droit animée par Agnès Tavel.

Dealberti_Michel, bâtonnier, président de la Fédération des centres de médiation
Cet article indique que la Fédération nationale des centres de médiation, réunie le 8 mars à l’Institut catholique de Paris, a adopté une position qui jusqu'alors n'était adoptée que par la CPMN : affirmer la compétence des médiateurs c'est aussi garantir leur indépendance culturelle et tutélaire, ce qui implique qu'un médiateur ne saurait attendre une reconnaissance d'un Etat, émanation d'une nation et par conséquent une affirmation d'appartenance culturelle. On peut donc lire dans l'article que la fédération créée par les avocats est contre la mise en place d'un diplôme d'Etat de médiateur. La confirmation est apportée par des animateurs de la FNCM qui indique même que le diplôme d'Etat de médiateur familial est controversé (sans préciser que la CPMN en est l'actrice et va jusqu'à demander son abrogation).
Les médiateurs ne s’en cachent pas, cette formation est aussi un moyen d’éviter la création d’un diplôme, à laquelle ils sont farouchement opposés. « À quoi nous serviraient des cours sur l’histoire de la médiation ? interroge Michel Dealberti. Ce qui est important, c’est le savoir-être, l’écoute, mais aussi la déontologie. ».

L'énoncé n'apparaît pas argumenté comme le fait la CPMN, néanmoins, la position est là et les membres de la CPMN peuvent être satisfaits de voir que désormais d'autres partisans de la médiation les ont rejoint.

La CPMN a adressé à la presse le communiqué suivant :

« La Chambre Professionnelle de la Médiation et de la Négociation (C.P.M.N) est heureuse de constater que les avocats réunis au sein de la Fédération Nationale des Centres de Médiation ont rejoint la position de la Chambre syndicale de la médiation sur la démarche qui consiste à garantir l’indépendance tutélaire et culturelle des médiateurs.
Il s'agit d'une avancée réelle puisqu'un ensemble de médiateurs désormais ne va plus chercher la labellisation étatique nationale et culturelle compte tenu de la nécessité pour les médiateurs d'affirmer l'interculturalité et de promouvoir l'altérité faisant partie des fondamentaux de la médiation.
La C.P.M.N revient néanmoins affirmer :
  • D'une part, que l'indépendance est, en effet, relative à toute tutelle qu'elle soit hiérarchique ou culturelle
  • Que l'impartialité est relative aux parties d'un conflit
  • Que la neutralité est relative à la solution adoptée par les parties, c'est-à-dire, que le médiateur ne saurait se positionner en tant que juge de la décision finale des parties.
  • Que la confidentialité s'applique avec rigueur au contenu de la médiation, aux discussions des parties, lesquelles, restent seules habilitées à décider de la publicité de leur accord.
Pour la Chambre Professionnelle de la Médiation et de la Négociation, la médiation est une discipline à part entière qui consiste à accompagner des personnes dans la continuité de l'exercice de la liberté relationnelle et contractuelle. »

Sources

  • journal La Croix, du 9 mars 2008, signé par Gwenaëlle Moulin
Outils personnels
Translate