La capacité à se mettre à la place des autres

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark

Dans le numéro 1025 de la revue "COURRIER INTERNATIONNAL" du 24 au 30 juin, un article intitulé "Où va l'Université" pose les questions relatives à la crise de l'éducation de moins en moins fondée à se référer aux valeurs des humanités au nom de la rentabilité. Comme quoi l'éducation serait victime de l'économie, au nom de la rentabilité. Dans un paragraphe de cet article, couvrant les pages 32 à 37 du numéro, il est question des cours magistraux sans participation active. On y trouve alors un développement sur "l'idéal socratique" qui pose la capacité à penser et à argumenter par soi-même, en lieu et place des tests standardisés de plus en plus usités pour évaluer dans les écoles. Outre un développement sur cet idéal socratique et son risque d'effondrement, l'article affirme que "pour bien comprendre le monde complexe qui les entoure, les citoyens n'ont pas assez des connaissances factuelles et de la logique.Il leur faut un 3ème élément, étroitement lié aux deux premiers, que l'on pourrait appeler l'imagination narrative. Autrement dit, la capacité à se mettre à la place de l'autre, à être un lecteur intelligent de l'histoire de cette personne, à comprendre les émotions, les souhaits et les désirs qu'elle peut éprouver. Cultiver l'empathie est au coeur des meilleures conceptions modernes de l'éducation démocratique(...)" Que de similitudes avec les capacités du médiateur. Au-delà, cet article développe un paragraphe titré "Comprendre la bête qui est en nous" en se référant aux humanités - "en gros toutes les disciplines qui n'entrent pas dans lea catégorie des sciences dites "dures" ou "exactes"(...), c'est à dire "l'histoire, la géographie,la philosophie,le droit,les langues,la littérature etc... Selon cet alinea, "si les humanités ne servent qu'à une chose, c'est à déchiffrer les passions humaines pour éviter de se faire dévorerpar elles." Bon appétit (de médiateur) et bonne lecture!

Outils personnels
Translate