La solution du "médiateur " n'est toujours pas du goût de la direction de Swissmétal

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark

Martin Hellweg répète ne pas vouloir vendre la "Boillat"

Malgré les pressions des autorités jurassiennes et bernoises, en arrière plan de la médiation conduite par Rolf Bloch, pour se poser en protectrices de la région, Swissmetal n'entend pas se séparer du site de la "Boillat" à Reconvilier.

Envisageant l'hypothèse de la vente, Martin Hellweg a observé qu'une gestion séparée des entités de Swissmetal selon des critères d'intérêts particuliers reviendrait à lui assurer une mort à petit feu.


La survie de l'entreprise ne se discuterait pas

Du point de vue de Martin Hellweg, le choix de Dornach pour concentrer les activités de fonderie ne fait que renforcer la dépendance de Reconvilier vis-à-vis de l'ensemble. Martin Hellweg a indiqué qu'il en va de la survie du groupe métallurgique soleurois dont les différentes entités sont interdépendantes.

Cette décision stratégique n'est pas de circonstance, puisqu'elle a été définie l'automne passé, a précisé Martin Hellweg.

Il faut bien lire l'affirmation de la direction de Swissmetal comme un message préventif sur les conclusions que pourraient apporter l'expert technique qui est en train d'auditer l'usine de Reconvilier. En effet, la mobilisation régionale semble bien avoir montré une détermination à faire vivre cette usine de manière autonome...

Développant la diplomatie auprès des industriels qui n'ont pas tous appréciés l'attitude de Swissmetal dans cette affaire, Martin Hellweg sait qu'il doit communiquer. Ainsi, il a salué les vertus de l'intervention de Rolf Bloch, lequel a su démontrer en son temps qu'il avait pu être un "bon patron". "C'est une voie qui permet de soigner les blessures, de calmer les émotions et peut-être de promouvoir le dialogue".

De là à ce que Martin Hellweg considère que l'intervention du médiateur permette de trouver une solution la plus satisfaisante (adaptée) pour l'ensemble des parties, c'est autre chose. La position reste inchangée et ses propos sont les mêmes depuis le début du conflit.

La cinquième ronde de médiation est donc en suspend. Elle sera fixée après la remise du rapport que doit rédiger l'expert technique, dont la mission est d'établir un inventaire des problèmes sur l'usine de Reconvilier.

A titre d'indication sur la conduite d'une médiation, il convient de rappeler qu'une personne qui se répète est, logiquement, une personne qui ne se sent pas écoutée...

Par Jean-Louis Lascoux le 16/4/2006

Outils personnels
Translate