Portrait d'un Papon

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark
(Redirigé depuis Le 15 avril 1998)

Portrait d'un papon

Le nom de certains hommes a été immortalisé dans notre langue pour une invention, un mérite ou un trait de caractère. Nous appelons dans cette lignée sortie des âges :

monsieur Poubelle, pour son récipient, monsieur Guillotin, pour sa machine de torture et de mort, monsieur Chauvin, pour la naïveté et l'enthousiasme des patriotes qui en deviennent xénophobes, monsieur de la Palice, celui qui était encore vivant avant d'être tué, pour le jeu des évidences, monsieur Judas, pour la faiblesse de celui qui, incité à la trahison, se suicide... etc...

A ceux-là et aux autres que j'oublie, monsieur Papon vient se joindre. Il s'ajoute à une file pitoyable pour illustrer et rendre illustres les comportements de l'homme de pouvoir, éduqué dans l'arrogance et à jamais inconscient des conséquences de ses choix.

Sachez-le, hommes et femmes que la direction de nos sociétés attirent, le papon n'est pas unique en son genre. Vous en êtes sûrement !

Le papon n'a pas d'âge et n'est pas sexué. Il est cultivé, diplômé, sinon c'est un autodidacte très brillant. Il est soutenu par son entourage et sa compagnie est recherchée. C'est un bon enfant, un bon parent, un bon conjoint, un bon camarade. Le papon est intègre dans l'aveuglement de sa conscience, une conscience qu'il a petite, mais qui occupe tout son esprit, généralement discipliné et étroit. Le papon est authentique lorsqu'un jour il affirme "je sais ce que je fais" et plus tard, lorsqu'il prétend que si sa responsabilité était engagée, il ne peut être traité comme un coupable. Il ne se rend pas compte. Il fait les choses, parce qu'elles lui semblent commandées par la nécessité. Il est minable et dangereux à la fois ; il est avant tout homme politique que rien ne semble pouvoir atteindre : c'est un papon.

Le 15 avril 1998 Jean-Louis Lascoux

Outils personnels
Translate