Le Passé

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark
Film commenté par Sylvain Naudeau
Le Passé (film, 2013, 2h10)

« Le Passé » est un film présenté au festival de Cannes 2013 et sélectionné aux Oscars 2014. Son réalisateur, Asghar FARHADI est l’auteur du film « Une Séparation », sorti en 2011 et récompensé par de nombreux prix (Ours d’or et d’argent, César et Oscar 2012).

Sommaire

Le film vu par le médiateur

Ahmad arrive à Paris en provenance de Téhéran. Il est accueilli à l’aéroport par sa femme, Marie. Ils sont mariés depuis plusieurs années mais sont séparés depuis quatre ans car Ahmad est retourné vivre en Iran, son pays d’origine. Ils sont convoqués le lendemain matin à une audience du tribunal afin que la convention de divorce par consentement mutuel soit homologuée par le juge des affaires familiales. Ahmad compte en outre profiter de sa venue pour revoir les filles de Marie, nées d’une précédente union, et dont il s’est occupées alors qu’elles étaient encore très jeunes. Léa est aujourd’hui âgée de sept ans alors que Lucie va sur ses seize ans. Marie confie d’emblée à Ahmad que sa relation s’est dégradée avec l’aînée et qu’elle compte sur lui pour découvrir ce qui ne va pas. Ahmad découvre aussi que Marie ne lui a pas réservé de chambre d’hôtel comme il le lui avait pourtant demandé par email, pas plus qu’elle n’a prévenu ses filles de son arrivée. Elle dit qu’elle n’a rien fait car la dernière fois il avait annulé son voyage au dernier moment. Ahmad doit loger chez Marie où il découvre un troisième enfant, Fouad, cinq ans, le fils de Samir avec lequel Marie partage désormais sa vie, ce qu’Ahmad ignorait. Lucie rentre tard. Contre toute attente, elle n’est pas étonnée de trouver Ahmad. L’autre découverte, c’est que Marie est enceinte de Samir, ce qu’elle avoue à Ahmad le lendemain matin, quelques minutes seulement avant l’audience au tribunal. Le divorce est prononcé par consentement mutuel. Ahmad se consacre alors à établir le dialogue avec Lucie afin de tenter de savoir ce qui ne va pas avec sa mère. Chez Shahryar, l’ami restaurateur d’Ahmad, Lucie fond en sanglots et confie à Ahmad que Samir est le troisième compagnon de sa mère, qu’elle a peur que cela ne dure qu’un temps et qu’ils finissent par se séparer. De plus, non seulement Samir est encore marié mais son épouse est dans le coma après avoir tenté de se suicider. Lucie avoue à Ahmad qu’elle rentre tard le soir afin de passer le minimum de temps chez sa mère. Elle n’a pas d’autre endroit où aller dormir. Son père habite Bruxelles mais, comme elle ne s’entend pas avec lui, elle reste à Paris. Et la nuit suivante, Lucie ne rentre pas. Marie est folle d’inquiétude. Samir et Ahmad partent à sa recherche. Un peu plus tard, Ahmad reçoit un appel de Shahryar lui annonçant que Lucie est chez lui. Ahmad rapporte les propos de Lucie à Marie qui rétorque que ce n’est pas la première tentative de suicide de Valeria, l’épouse de Samir : elle a commencé à aller mal dès la naissance de Fouad et a déjà tenté de se suicider alors que ce dernier n’avait que neuf mois. Samir raconte aussi que la dernière tentative de suicide a eu lieu peu de temps après une violente dispute de sa femme avec une cliente du pressing qu’ils tiennent. Samir propose à Ahmad et Lucie de rencontrer Naïma, son employée, afin que cette dernière atteste de l’incident du pressing. Naïma vient avec la robe tachée, sujet de discorde entre Valeria et la cliente : Valeria ne voulait pas reconnaître la faute du pressing et la cliente exigeait non seulement un dédommagement mais aussi des excuses. Samir, appelé à la rescousse par Naïma, a pris le parti de la cliente. Valeria avalera quelques jours plus tard un flacon de produit détergent devant Naïma. Lucie va finalement confier à Ahmad que, la veille du drame, elle a envoyé à Valeria, par email, tous les échanges entre son époux et Marie. Elle se sent coupable et ne conçoit pas de rester chez sa mère. Elle ne peut plus s’adresser à Samir, encore moins le regarder dans les yeux ou s’occuper de son fils, Fouad. Ahmad va évoquer le sujet avec Marie, puis Marie avec Samir. Ce dernier mène son enquête auprès de Naïma car il ne savait pas que sa femme était revenue au magasin alors qu’il l’en avait chassée définitivement. Il va finir par découvrir que c’est Naïma qui a reçu l’appel de Lucie et que c’est celle-ci qui lui a fourni l’email de Valeria en se faisant passer pour elle.

Les personnages sous l’angle la dynamique conflictuelle

Ahmad : « le médiateur malgré lui »

Tout d’abord, Ahmad soupçonne Marie de n’avoir pas réservé de chambre d’hôtel, et ce, de façon délibérée (prêt d’intention), ignorant par là-même le seul email qu’ils ont échangé quant à l’organisation de ce séjour, ce qui l’oblige à séjourner chez elle (contrainte) alors qu’il ne voulait pas déranger. Puis Ahmad reproche à Marie (rancune) de lui forcer la main en l’intimant de résoudre le problème relationnel qu’elle a avec Lucie (contrainte). Or, si Ahmad a fait le déplacement, au lieu de mandater son avocat, c’est bien pour revoir Lucie et Léa qu’il a élevées. ll se retrouve au milieu d’une situation conflictuelle mère-fille (fait) l’empêchant de savourer ces retrouvailles (conséquence) ce qui le rend malheureux (ressenti). Enfin, Ahmad reproche à Marie (rancune) de ne demander le divorce que parce qu’elle a quelqu’un d’autre dans sa vie (interprétation) et de ne révéler sa grossesse que quelques minutes avant l’audience (contrainte). Il la soupçonne de vouloir se venger (prêt d’intention) car il est retourné en Iran il y a quatre ans (fait), la quittant par là-même (conséquence).

Marie : « l'illusion d'un nouveau départ »

Marie reproche dans un premier temps à Ahmad (rancune) l’annulation à la dernière minute de son voyage, la fois précédente (prêt d’intention). Elle sait que Lucie ne veut pas d’un nouvel homme dans sa vie (prêt d’intention). Elle compte justement sur Ahmad pour la raisonner (contrainte). Marie finira par avouer à Samir qu’elle pense qu’il n’est pas libre (interprétation) – son épouse étant toujours vivante (fait) – que leur mariage n’est légalement pas possible (conséquence) et qu’elle a toujours souffert en secret (ressenti) de n’être entrée dans la vie de Samir que parce que sa femme est dans le coma (prêt d’intention).

Samir : « l'ambivalence des sentiments »

Samir ne comprend pas pourquoi Ahmad est venu au lieu de simplement mandater son avocat (prêt d’intention). Il pense qu’il doit rester des sentiments entre deux personnes si un couple séparé depuis si longtemps se dispute encore (interprétation). La tentative de suicide de son épouse le rend malheureux (ressenti). D’une part, il aurait voulu que son épouse soupçonne qu’il ait une relation extra-conjugale parce que cela lui aurait montré qu’elle tenait encore à lui (rancoeur) ; d’autre part il ne peut imaginer que sa tentative de suicide ne soit autre chose que la suite de l’altercation qu’elle a eue avec une cliente, son épouse étant très dépressive depuis la naissance de leur fils (interprétation). Il ne comprend que trop tard (remords) de la bouche même de Naïma que c’est précisément parce que son épouse manifestait de la jalousie (ressenti) qu’elle aurait tenté de se suicider (interprétation). Samir se fait du souci pour Marie (ressenti) parce que celle-ci fume alors qu’elle est enceinte (fait). Il veut lui épargner toute complication au niveau de sa grossesse (conséquence) et est notamment déterminé à empêcher Lucie (contrainte) de stresser sa mère. Il n’apprécie pas du tout d’être mis à l’écart (rancune) alors qu’il se retrouve engagé (contrainte) dans une histoire qui ne le regarde pas : le divorce de Marie et d’Ahmad (fait).

Lucie : « saboter plutôt que souffrir »

Lucie se sent coupable (remords). Elle a un lourd secret : non seulement elle a usurpé l’identité de sa mère (fait) mais elle pense qu’elle est directement responsable de la tentative de suicide de Valeria, l’épouse de Samir (interprétation). Elle pense aussi que sa mère n’est tombée amoureuse de Samir que parce qu’il lui rappelait Ahmad (interprétation).

Naïma : « se soumettre ou partir »

Si Naïma s’est fait passer auprès de Lucie, au téléphone, pour l’épouse de Samir (fait), c’est qu’elle voulait en finir avec les coups bas quotidiens de Valeria (prêt d’intention) qui la soupçonnait d’être la maîtresse de son patron (interprétation). D’ailleurs Samir ne lui a-t-il pas pris la main pour la retenir tout en chassant son épouse du magasin le jour de l’altercation avec la cliente (interprétation) ? Ce jour-là Valeria a menacé d’appeler la police (contrainte), non pas seulement pour régler le différend avec la cliente, mais aussi pour que Naïma soit expulsée (contrainte) après un éventuel contrôle d’identité qui aurait révélé qu’elle n’avait pas de papiers (prêt d’intention).

Le point de vue du médiateur

Si Ahmad adopte une neutralité bienveillante quant à l'issue du conflit mère-fille, sa posture n'est pas celle d'un médiateur car, en tant qu'ex-« beau-père » de Lucie, son autorité ne peut garantir son indépendance et, en tant qu'ex-compagnon de Marie, ses sentiments mettent à mal son impartialité, d'autant plus que leurs rapports sont conflictuels. S’il repart dans son pays sans avoir résolu le passé avec Marie, Ahmad contribue à restaurer en partie la relation mère-fille en reconnaissant la légitimité, les bonnes intentions et la maladresse de Lucie.

Outils personnels
Translate