Motivation

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark

De la motivation dans la pratique de l´activité de médiateur

Le questionnement des autres professionnels (surtout de juristes) face à cette pratique des soi-disant “faiseurs de paix” reste peut-être une question ouverte pour beaucoup de médiateurs.

Arnaud Stimec est des rares professionnels à vouloir construire une réflexion sur ce qu´est être médiateur et sur les fondements de la pratique de la médiation. Réflexion qui va au-delà des compétences techniques acquises et qu´il expose notamment dans son article “La conscience des limites de la médiation comme moyen de son développement”.

Dans la pratique du médiateur,les compétences professionnelles, soit au niveau des connaissances, soit en ce qui concerne la maîtrise de la méthodologie et instruments d´intervention, sont indissociables de caractéristiques personnelles spécifiques et toujours en possible construction qui valident et crédibilisent le processus, garantissant notamment la particularité d´une intervention impartiale et neutre, requis indissociables de l´absence de pouvoir du médiateur. Ce sont ces spécificités qui différencient la pratique de la médiation notamment de la conciliation ou l´arbitrage, où il y a une intervention directe du professionnel orientée vers le résultat.

Or l´impartialité et la neutralité dans une situation d´écoute et de gestion de la communication sur les conflits nous mènent comme l´affirme Arnaud Stimec à nous poser une question sur laquelle repose toute l´intervention du médiateur : qu´est-ce qui mène un professionnel, généralement qui exerce déjà une autre profession, à devenir médiateur ?

Toute tentative de réponse conduit à une réflexion inductive de recherche de causalité remettant vers les théories de la motivation humaine (Maslow, MacClelland) qui reposent sur :

- des facteurs motivationnels exogènes : un enrichissement dans l´exercice professionnel, recherche de statut, parce que c´est un phénomène de mode ou comme un moyen de gagner sa vie…

- des facteurs motivationnels endogènes : comme moyen de contrôle sur ses propres peurs et/ou aversion et défense face à des positions litigieuses, besoin de reconnaissance, besoin de réparer quelque chose de l´ordre de la conflictualité… La lecture de Freud et de ses successeurs et un peu d´introspection permettent de découvrir de merveilles interprétatives…

Toutefois, même adverse aux théories psychologisantes, sans un regard critique et vigilant en ce qui concerne cette question, il sera difficile au médiateur, même avec une maîtrise des dimensions techniques du processus (cette maîtrise peut aussi mener à des manipulations au niveau de la communication et de la relation) de promouvoir et de rendre possible une dimension relationnelle dans laquelle ses valeurs et ses croyances sont mises en suspens même quand questionnées par la conflictualité des intervenants pour garantir cette dimension d´impartialité et de neutralité de son intervention.

Questionnement d´ailleurs qui est indissociable de la dimension éthique et déontologique de tout professionnel du domaine des relations humaines.

En ce qui concerne le médiateur, c´est en justifiant à soi-même sa disponibilité à permettre une rencontre entre des histoires dissociées au niveau relationnel et communicationnel qu´il se réapproprie le sens de son intervention et de sa responsabilité professionnelle. Toute sa capacité de vigilance doit être orientée vers ce mouvement entre son intervention et le fait de se regarder intervenir tout en étant dans une situation d´écoute à peine conditionnée par le cadre de médiation. Bien sûr ce mouvement de coordination de son jeu d´acteur et d´auteur de médiation exige, comme tout mouvement d´ailleurs, beaucoup de pratique, pratique qui par ailleurs nous remet vers la nécessité de supervision de l´activité. Aucun choix n´est aléatoire et l´appropriation d´une option professionnelle représente un acte de liberté et de pratique responsable dont les limites en médiation, comme affirme Arnaud Stimec, adviennent essentiellement des limites du médiateur…

Les actes individuels motivés par la préoccupation de l´autre, soit en médiation, soit dans les autres domaines d´intervention, s´inscrivent dans quelque chose d´intime en relation avec la (re)connaissance de nous-mêmes. Dans cette recherche qui se traduit par l´acquisition et le perfectionnement d´instruments d´intervention associés ou pas à une conception philosophique, religieuse ou psychologisante de l´intervention du médiateur, l´absence d´un regard distancié et critique peut mener à la condition de l´albatros de Baudelaire. Mais de trop de recul des petites et grandes contradictions et contrariées qui font la vie, de ces choses et ses mots qui rendent magique le quotidien il court le risque que Euripide, compositeur et auteur dramatique, décrit si bien:

« Il est une sagesse qui est pure folie, Les pensers qui dépassent l´humain accourcissent la vie, car qui vise trop haut perd le fruit de l´instant” ( les Bacchantes)

Par Angela Lopes

Outils personnels
Translate