Neutralité et omniprésence

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark
(Différences entre les versions)

Version du 2 avril 2008 à 23:40

Sommaire

NEUTRALITÉ ET OMNIPRESENCE

Relation et relativité

Si la médiation travaille sur ce qui relie, sur les liens, sur l’information qui utilise ces liens pour circuler ; Si la médiation agit sur cette relation, alors de fait elle agit sur et par l’interdépendance des êtres, des évènements, des consciences et des phénomènes. Autant dire ; Sur tout ce qui tient dans la relativité. Regardons maintenant la consistance de cette interdépendance et observons deux points ; D’abords sa qualité, ensuite sa durée.

Une consistance relationnelle

Qualité ; Bien que le message teinte de ses attributs le lien qui le transporte et le permet, ce lien lui, reste indépendant dans sa qualité de transmetteur. Sa neutralité naturelle et inaltérable est sûrement à la fois la matière sur laquelle le médiateur s’appuie et celle qu’il maintient. De ce point de vue, on pourrait considérer que la qualité fondamentale de l’interdépendance est la neutralité. Durée ; Pour ce qui est de la durée de la consistance de l’interdépendance, ou de la relation, son caractère fondamental reste sans doute l’impermanence, le changement.

Il n’est pas nécessaire ici de démontrer l’existence du changement comme principe fondamental de « ce qui est dépendant » ( bien qu’il puisse l’être au regard de « ce qui est composé », car il n’est que peu dans la tendance des consciences de considérer la nature composée de toute chose relative et, par voie de conséquences, de son caractère impermanent. )

Nature de l’accompagnement du changement

Plus précisément il s’agit peut-être fondamentalement déjà de ce qu’on pourrait appeler en restant juste « l’accompagnement du changement ». Le lien, la relation, étant ce qui permet le passage d’une entité à une autre, il y a bien là accompagnement de ce qui est transmis. Et quel que soit l’objet transmis, il peut dans tous les cas être considéré comme un message, puisqu’il passe d’un émetteur à un récepteur. De surcroît il est toujours, de façon implicite ou explicite, porteur de sens (Ce détail renforce l’à-propos de notre réflexion).

Pouvoir de la médiation

Le travail du médiateur et l’intérêt de la médiation sont donc éventuellement, par le truchement d’une considération logique et raisonnable, considérablement révélés. Du reste il devient cohérent d’avancer au regard de cette brève étude que ce qui permet la médiation se tient à l’interstice de ces innombrables contacts qui structurent notre monde, de ce qui le constitue, et de ce qui le pense. La médiation présente, de cette manière, la capacité d’atteindre au fonctionnement des relations entre toutes choses, autrement dit aux fondements universels des données et des consciences. Intéressant.

Neutralité et vecteur communiquant

Il s ‘agit « d’atteindre à » et non pas « d’avoir pouvoir sur » ; La neutralité garde la médiation à l’écart de ce qui la ferait manipulation. Attribut essentiel si l’on considère que manipuler la relation entre les différents fondements constituant le monde revient à détruire le monde dans sa structure. Tronquez l’argument d’un message dans un débat et le sens est perdu. Polluez un fleuve et les vallées sont mortes.

La neutralité est peut-être le vecteur de ce qui communique. Le vecteur air me communique le parfum de la fleur. Il me communique également, parallèlement, des sons, d’autres odeurs, de la lumière… A moi de choisir le message que je veux recevoir, et de quelle manière, isolé ou mélangé à d’autres, teinté de mes émotions, de mes cognitions, de mes croyances, ou libre de toute interprétation…

Pour que ce parfum soit celui de la fleur en question, je dois m’en remettre au message du médiateur du parfum de la fleur ; à la neutralité de l’air, et ignorer ou isoler les autres. Non seulement cela ; il me faut également considérer la neutralité de ce médiateur, de ce vecteur, pour éviter d’interpréter la forme du lien en question comme lui appartenant, et tenant, comme prenant partie. Il est fréquent d’observer que la forme donnée au lien par un message quelconque, qui précisément déforme l’apparence de ce lien, est reçue et comprise comme le message lui-même. Cela introduit un des aspects pacificateurs du médiateur, comme ajusteur.

Neutraliser

La neutralité apure peut-être ainsi la communication, l’éloigne des freins et des poisons. Tout comme le fou du roi, qui n’est d’aucun parti ni d’aucune maison et qui dans son anarchie guide la monarchie, le médiateur, dans sa neutralité, neutralise. Il neutralise les tensions et les différences, les positions et les souffrances ; il les transforme en accord, libre. La neutralité peut alors être considérée comme super agissante, manipulatrice, interventionniste, partisane, et le paradoxe nous mène à la vérité recherchée.

Outils personnels
Translate