Stanley Tookie Williams

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark
(Redirigé depuis Peine de mort : ex-Terminator a fait executer Stanley Tookie Williams)

Le 13 décembre 2005, Stanley Tookie Williams a été exécuté...

Par Jean-Louis Lascoux, le 13/12/2005

Sommaire

L'assassinat légal

Sur ordre de celui qui a incarné Terminator, le gouverneur de Californie, Stanley Tookie Williams, a été étendu sur le lit de la mort pour y subir le supplice légal de l'injection d'un poison mortel, sous surveillance médicale.

Stanley Tookie Williams a certainement vécu tout ce que l'ex-acteur a tenté d'incarner au cinéma. Ancien chef de la bande la plus crainte de Los Angeles, les Crips, et plus encore, Stanley Tookie Williams était un personnage digne des romans d'Upton Sinclair (La Jungle) ou de Jack London (Martin Eden, Le vagabond des étoiles...). Il est devenu un intellectuel nominé 4 fois pour le Prix Nobel de littérature et nominé 5 fois pour le Prix Nobel de la Paix, pour ses interventions de médiateur auprès des bandes et la force de ses préconisations pédagogiques.

Accusé par des personnes ayant bénéficié des largesses du système judiciaire américain pour l'accabler, il a été condamné pour des meurtres qu'il a toujours constestés. Concernant les témoins, la 9ème Cour d’Appel a indiqué qu'il s'agissait d'individus ayant « des antécédents pour le moins douteux et susceptibles de mentir dans le but d’obtenir la clémence de l’Etat en ce qui concerne les accusations portées contre eux ou la sentence prononcée ».

Les actions de Stanley Tookie Williams l'ont positionné, depuis les couloirs de la mort où il est resté 24 ans, comme un véritable médiateur dans la guerre des gangs, réussissant notamment l'exploit de faire cesser les meurtres entre les bandes rivales, Cribs et Bloods. Il a publié plusieurs ouvrages destinés aux enfants des rues qui ont fait sa célébrité dans le monde des exclus, notamment par l'intermédiaire des enseignants qui ont trouvé dans ses lignes les thèmes de discussion avec leurs élèves sur les conditions de vie dans les situations d'exclusion sociale.

De quoi inspirer ceux qui, en France, s'interrogent sur la manière d'aborder "la crise des banlieues"...

La peine de mort est un acte criminel des plus sordides

Cette affirmation ne fait pas l'unanimité.

Pourtant, la préméditation de l'acte, le fait qu'il soit décidé en réunion, sous l'emprise de l'émotion et au nom du Droit, qu'une partie de la population soit pour et une autre contre, même dans les "démocraties" qui y ont encore recours, tout cela plaide en défaveur de ce crime organisé, commis au nom même de ceux qui y sont opposés.

Dans tous les cas, cet acte relègue les sociétés et leurs dirigeants qui la maintiennent au rang du barbarisme. Si l'individu peut commettre un acte de violence, animé par une passion, une obnibulation, un fanatisme, etc... la Société doit se hisser au plus haut dans l'idéal humain, savoir représenter le modèle humain le plus élevé, une personne idéale, être dirigée de manière exemplaire.

Quand, de surcroît, il existe des doutes plus qu'hypothétiques quant à la culpabilité du condamné, ce qui était le cas de Stanley Tookie Williams, l'exécution entre dans une autre catégorie, en l'occurence celle de l'électoralisme le plus crapuleux. En effet, l'ancien promoteur des films fictions parmi les plus violents de l'histoire du cinéma est actuellement affaibli par le rejet le mois dernier de plusieurs de ses propositions soumises au vote des électeurs. Il craignait de s'aliéner les républicains s'il graciait l'ancien chef de gang, condamné par un jury trié sur le volet pour empêcher la présence de noirs américains.

Aux USA, le dernier précédent électoraliste de ces bases oeuvres a été commis par l'actuel Président, qui, gouverneur du Texas a l'époque, en 1998, a fait exécuter Carla Faye Tucker pour plaire à cette même famille électorale.


Schwarzenegger a fait exécuter le Mandela des Etats Unis d'Amérique

Tandis qu'au cours de l'année 2005, Stanley Tookie Williams a reçu un prix d’un comité présidentiel américain qui récompense des citoyens qui se sont distingués par leur action civique, nous pouvons nous demander quel danger pouvait représenter Stanley Tookie Williams pour le système US, au point que tous ses recours aient été rejetés et que la grâce régalienne lui ait été refusée ?

Pour la première fois lors d'une exécution capitale aux USA, trois personnes qui ont assisté à celle de Stanley Tookie Williams ont protesté en s'insurgeant contre "l'exécution d'un innocent"...

Sorti des ghettos, la voix pacificatrice de Stanley Tookie Williams pouvait interpeler ceux qui se retrouvent dans le système de ségrégation qui rampe aux USA. Elle gênait probablement ceux pour qui le système judiciaire ne peut pas se tromper, ceux pour qui la violence ne se justifie que si elle est officielle.

« L’Américain moyen ne veut pas être éduqué, il ne veut pas se développer l’esprit, il ne veut pas faire l’effort d’être un bon citoyen. Presque chaque Américain préfère être diverti. Il aime les films, il aime les feux d’artifice et les parades. Si vous n’êtes pas capable de vous battre, MONTEZ UN SPECTACLE.»*

Schwarzenegger l'a compris depuis longtemps. Lui qui n'a aucune chance de réaliser son rêve sans une réforme constitutionnelle, vient ici de frapper fort en offrant à la vindicte collective, ce spectaculaire sacrifice d'un homme auquel il ne pourra ressembler qu'en s'excusant peut-être un jour pour cet acte démagogique.

La peine de mort aux USA, en 2005

En 2005, plus de 3.400 condamnés à morts et une soixantaine d'exécutions chaque année. 38 Etats prévoient la peine de mort dans leur législation / 12 l'ont abolie. Tous ces Etats exécutent les condamnés par injection létale ou chambre à gaz, sauf le Nebraska qui utilise la chaise électrique. Les exécutions aux USA : http://www.deathpenaltyinfo.org/article.php?scid=8&did=186

http://www.amnestyinternational.be/


  • Greg Mitchell, The Campaign of the Century ; Upton Sinclair’s Race for Governor of California and the Birth of Media Politics, Random House, New York, 1992.

Bibliographie

  • Stanley Tookie Williams, Blue Rage, Black Redemption: A Memoir. Éditions Milo Books, 2005.
  • Stanley Tookie Williams, Redemption. Éditions Damamli Pub Co, 2004.
  • Stanley Tookie Williams, Life in Prison. Éditions Seastar Books, 2001.
  • Stanley Tookie Williams et Barbara Cottman Becnel, Gangs and the Abuse of Power. Éditions PowerKids Press, 1997.
  • Stanley Tookie Williams et Barbara Cottman Becnel, Gangs and Self-Esteem. Éditions PowerKids Press, 1997.
  • Stanley Tookie Williams et Barbara Cottman Becnel, Gangs and Your Friends. Éditions PowerKids Press, 1997.
  • Stanley Tookie Williams et Barbara Cottman Becnel, Gangs and Weapons. Éditions PowerKids Press, 1997.
  • Stanley Tookie Williams et Barbara Cottman Becnel, Gangs and Violence. Éditions PowerKids Press, 1997.
  • Stanley Tookie Williams et Barbara Cottman Becnel, Gangs and Drugs. Éditions PowerKids Press, 1997.

Film

Un film "Redemption", retrace la vie de Stanley " Tookie " Williams, incarné par Jamie Foxx.

Outils personnels
Translate