Premier regard, commenté par Agnès Tavel

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark
(Différences entre les versions)
 
Ligne 29 : Ligne 29 :
==Conclusion==
==Conclusion==
-
Il est difficile de quitter un monde que l’on connaît pour en découvrir un autre et s’y sentir aussi bien sinon mieux, c’est pourquoi il est si difficile de sortir de sa caverne ! Les personnes qui sont dans la caverne sont, à l’instar de Virgil, eux aussi handicapés ; soyons donc moins exigeant envers eux, et peut-être accepteront-ils alors plus facilement d’en sortir !
+
Il est difficile de quitter un monde que l’on connaît pour en découvrir un autre et s’y sentir aussi bien sinon mieux, c’est pourquoi il est si difficile de sortir de sa caverne ! Les personnes qui sont dans la caverne sont, à l’instar de Virgil, eux aussi handicapés ; soyons donc moins exigeants envers eux, et peut-être accepteront-ils alors plus facilement d’en sortir !
[[catégorie: DVD-thèque du médiateur]]
[[catégorie: DVD-thèque du médiateur]]

Version actuelle en date du 22 novembre 2010 à 23:27

Œuvre cinématographique : « Premier regard » de Irwin WINKLER par Agnès Tavel

Synthèse

Amy, jeune architecte surmenée vivant à New York, part en cure de remise en forme à Bear Mountain, où elle se fait masser par Virgil… dont elle tombe amoureuse. Virgil est aveugle depuis l’âge de trois ans et a donc développé une sensibilité qu’il va faire découvrir à Amy. Celle-ci va le convaincre de recourir à une technique expérimentale afin de recouvrer la vue.

Ce film, inspiré d’une histoire vraie, nous ouvre les yeux sur l’univers de la cécité. La perception du monde par un aveugle est en effet totalement différente de la nôtre.

Ce film m’a fait penser à l’allégorie de la caverne : en effet, lorsque Virgil recouvre la vue, il sort de sa caverne, il sort du monde des aveugles. Cette image est d’autant plus forte que, l’opération étant expérimentale, au moment où le chirurgien lui retire ses pansements, une caméra filme Virgil. Celui-ci a donc un projecteur dirigé sur lui, et est en conséquence nécessairement ébloui.

Virgil doit apprendre à se servir de ce nouveau sens pour percevoir et connaître ce monde totalement inconnu qui l’entoure.

Lorsqu’il était aveugle, Virgil « voyait » avec ses mains, et lorsqu’il recouvre la vue, il doit apprendre à voir avec ses yeux. Une scène est amusante à ce sujet : on lui montre une râpe à fromage. Il doit nommer cet objet rien qu’en le regardant. Pour lui, il s’agit un verre doseur. Puis lorsqu’il prend l’objet dans ses mains, immédiatement il se rend compte de son erreur et reconnaît une râpe à fromage.

Le spectateur prend conscience de la difficulté de l’apprentissage du monde que l’on découvre lorsqu’on sort de la caverne.

Une phrase est explicite à ce sujet : « Il faut mourir en tant que personne aveugle si on veut renaître en tant que personne qui voit. Toutefois c’est l’intervalle entre les deux mondes, les limbes, le plus terrible à vivre ».

Virgil, qui a recouvré la vue, se désespère : lorsqu’il était aveugle, les gens étaient moins exigeants envers lui ; ils connaissaient son handicap et attendaient donc moins de lui.

Mais Virgil perd de nouveau la vue, et le retour dans ce monde des aveugles est évidemment pénible à admettre… surtout pour Amy.

Quoique dans un premier temps cela soit difficile pour lui, Virgil admet plus facilement ce retour à l’état de cécité, et finit par l’accepter car, finalement, c’est un monde qu’il connaît parfaitement et qui le rassure.

A la fin du film, de nouveau aveugle, il conclut qu’il n’a jamais mieux « vu ».

Conclusion

Il est difficile de quitter un monde que l’on connaît pour en découvrir un autre et s’y sentir aussi bien sinon mieux, c’est pourquoi il est si difficile de sortir de sa caverne ! Les personnes qui sont dans la caverne sont, à l’instar de Virgil, eux aussi handicapés ; soyons donc moins exigeants envers eux, et peut-être accepteront-ils alors plus facilement d’en sortir !

Outils personnels
Translate