Prendre de la hauteur

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark

Prendre de la hauteur, changer de point de vue, une nécessité pour le médiateur, une nouvelle vie pour les participants à la médiation.

Quand des personnes sont en conflits elles pratiquent la surenchère, dans un seul but, faire plier l’autre à sa façon de voir.

Ne vous y trompez pas, ils sont tous légitimes à le faire, ne cherchant que la meilleure solution pour eux.

Or, dans un conflit, l’imagination est réduite à néant. Toute l’énergie est mobilisée par le conflit, "comment je vais faire pour avoir le dernier mot, car ma solution est la meilleure"...

Le médiateur professionnel est là, entre autres, pour sortir les participants à la médiation hors de leur caverne (voir l’allégorie de la caverne de Platon), leur faire oublier leur volonté farouche à faire accepter à l’autre (en utilisant la contrainte) et leur solution pour la remettre dans un contexte plus large et stimuler leur imagination.

Il est très difficile de faire changer de mode de fonctionnement quelqu’un qui est en conflit où l’émotionnel a pris la place de l’argument technique, factuel, concret.

Un médiateur professionnel a dans sa boite à outil les arguments nécessaires à ce revirement, à cette transformation, par un transfert pédagogique de savoirs et de savoirs être.

Etendue d'eau, oui, mais laquelle ?

Que nous apprend cette photo ?

Beaucoup de choses mais quels sont les éléments qui nous permettraient de dire si il s’agit d’une vue prise sur un bateau en mer, sur une rivière, sur un lac ?

Tout de suite nous pouvons dire que ce ne peut pas être un océan vu le niveau des vagues, mais les vagues sont elles celles d’une mer ou d’une rivière ou d’un lac ?

On y voit un paysage de milieu rural, des arbres, des collines, un hameau avec ce qui semble être un château...

Parmi vous, combien ont décidé que c’était une rivière ? et pourquoi ?

Il est facile de se laisser emporter par une analyse trop rapide, basée sur ce que l’on connait déjà, excluant derechef tout ce que l’on ne connait pas.

C’est une résolution d’énigme par analogie, qui marche de nombreuses fois mais qui laisse de côté tout ce qui est de l’ordre du "pas encore connu" qui nous dérange dans nos certitudes et nous pousse à regarder les choses sous un autre angle. Connaissez vous votre profil SIC stratégies et interactions en communication ? ( Etude SIC )

En médiation, c’est cette possibilité de résolution de conflit par un moyen inconnu jusqu’alors que nous devons transmettre, il faut ouvrir l’univers des possibles sans auto-censure dans un premier temps, afin de les étudier toutes au regard du présent et de son devenir dans le temps.

Je vais vous donner un nouvel indice pour découvrir de quel lieu nous parlions précédemment, c’est la chambre d’un des établissement côtiers de cette étendue d’eau.


Une rivière, un lac, une mer...

Comme vous pouvez le voir, il y a un filet de pêche, au sol c’est du jonc de mer, la luminosité extérieure est particulièrement intense.

A nouveau, que nous apprend cette photo ?

Et à partir de ces éléments que pouvons nous en déduire sur le lieu de la prise de photo ? Est ce à proximité d’une mer, d’un océan, d’un lac ou d’une rivière ?

Là encore je vous entends partir sur une piste, pour certains avec certitude et vous cherchez peut être à convaincre la personne à côté de vous... mais oui vous avez êtes certain d’avoir raison, vous l’avez déjà vu vous semble t’il cette chambre et cette lumière...

La certitude est parfois notre pire ennemie... En tant que médiateur, la certitude nous confine dans une seule issue, nous pousse à proposer en faisant pression pour notre proposition soit acceptée. Bien piètre médiateur qu’est celui qui juge et qui tranche, qui impose et qui fait appliquer... Rappelons nous : prendre de la hauteur, regarder toute chose sous différents angles, avec différents points de vue...


Ponton, de quelle étendue d'eau es tu ?


Un nouveau point de vue, une nouvelle image, un nouvel angle... vous commencez à comprendre, et ce faisant, nous venons d’élever notre état de conscience, de prendre de la hauteur mais en même temps du recul...

Ce qui est vrai pour un paysage... peut il être vrai pour une idée...

Prenons une couleur... le cyan par exemple :

Le cyan(du grec κυανός, kuanos, à savoir l’azurite) est une couleur pure de la lumière de longueur d’onde 500 nm. Elle est parfois appelée bleu clair ou bleu ciel. (source wikipédia)

Vous serez d’accord pour dire que c’est une couleur primaire que tout le monde connait...

Mais la voyons nous tous de la même façon cette couleur ? Les animaux la voient ils ? Pas tous...

Certains d’entre nous souffrent de daltonisme, nous avons dans l’œil ce que l’on appelle des cônes qui sont responsables de la reconnaissance des couleurs, si un des cônes est absent, les couleurs ne pourront pas être analysées intégralement...

Pour les animaux, la réponse est encore plus simple, certains ont moins de cônes différents, d’autres plus (vision ultraviolet...)

Ce qui semblait être une évidence commence à ressembler à une vérité partielle, si le bleu est connu en tant que mot, il n’est pas visible par tout le monde.

Cette méthode dite d’altérocentrage permet de regarder les choses selon un autre angle, et , en l’occurrence, de se mettre à la place de l’autre pour voir ce qu’il voit, comprendre ce qu’il comprend, ressent ce qu’il ressent...

Le médiateur comme les participants à la médiation pratiquent cette méthode afin de reformuler les choses dites ou faites en termes compréhensibles. Quand vous êtes en conflit, vous ne pouvez pas penser de cette façon là, un conflit, c’est d’abord la peur qui fait réagir, la peur d’une attaque contre son intégrité.... la seule réponse est le replis sur soi et sur ses positions, pour se protéger...

Cette nouvelle façon d’appréhender un conflit est dérangeante, inouïe, à l’encontre de nos réflexes naturels... Il faut donc du temps et être accompagné pour y parvenir et sortir de sa caverne pour enfin entrer dans la lumière de la compréhension et de la connaissance...

C’est un cheminement qui est souvent douloureux au départ, mais une fois que l’on a acquit ce mode de fonctionnement, on se rend compte à quel point on était plongé dans l’obscurantisme.


Un barrage...c'était un barrage.
Prendre de la hauteur

Cette étendue d’eau... c’était un barrage...


Auteur

Outils personnels
Translate