Réflexion en adversité ®

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark

La réflexion en adversité® est l'une des deux possibilités d'orienter une réflexion en vue de la résolution d'un conflit. Elle conduit à développer des stratégies et à imaginer des solutions dans des rapports de force. Elle constitue, avec la réflexion en altérité®, l'une des deux voies conçues par la conscience humaine pour résoudre un conflit. La réflexion en adversité est la plus répandue, la plus pratiquée, et certainement la plus spontanée. Elle se fonde sur l'ensemble des manifestations de la peur (crainte, méfiance, colère...).

L'usage de la deuxième personne en adversité ou en altérité est très clair : le premier juge, prête de mauvaises intentions, interprète, condamne, oblige, tandis que l'autre comprend, accompagne, soutient, réfléchit...

Sommaire

Le mécanisme d'émotionalisation

La réflexion en adversité® est connue et d'un recours quasi-spontané. Ce mode de réflexion est devenu très riche dans le langage et les comportements. Il est la conséquence directe de la peur de l'autre, du manque d'affirmation de soi, de la domination des émotions sur la raison.

  • la domination,
  • la conciliation,
  • le contentieux, c'est à dire le recours à un tribunal, via une procédure fixée par les textes,
  • la négociation,
  • l'application d'une règle tacite ou explicite (loi, règlement, convention, traité...) à laquelle les parties avaient déclaré adhérer - avant le contentieux.
  • le duel (combat)
  • la vengeance
  • la guerre

Il s'agit du mécanisme d'émotionalisation de la raison.

Les issues possibles

Avec ce mode de réflexion, les issues à un conflit, tels qu'elles peuvent être imaginées, sans pour autant avoir le résultat escompté, sont de trois natures :

  • Abandon : éloignement physique sans idée du retour, le suicide, la fuite
  • Dissidence : affrontement, guerre, lutte contre l'autre, stratégie de destruction de l'autre, la révolte
  • Résignation : mise en attente, dépersonnalisation, la soumission

Listes des modes de réflexion en adversité

Arbitrage

L'arbitrage en matière contentieuse consiste à faire un appel à un tiers en dehors du système judiciaire. Ce tiers - qui peut être un collège de personnes missionnées par les parties - est chargé par les protagonistes d'instruire l'affaire, d'écouter les parties et de prendre une décision.

Conciliation

La conciliation consiste dans le recours à un tiers, généralement ce recours est prévu dans le cadre d'une procédure, écouter les parties et leur faire une proposition de réglement du différend.

Med-arb

Le med-arb fait partie des pratiques que nous pouvons classer parmi les illusions intellectuelles associées à la médiation. Il s'agit d'une approche mixée de la médiation et de l'arbitrage. En cas d'échec de la médiation - et plus vraisemblablement le médiateur ayant atteint ses limites de compétence - le médiateur se transformerait en arbitre. Le med-arb est vendu comme une prestation optimisée et permettant d'augmenter les chances que les parties aboutissent à un accord.

Négociation raisonnée

La négociation consiste dans la recherche d'un accord. Le principe premier d'une négociation s'inscrit dans les rapports de force. Il s'agit de faire passer habilement ses idées en fondant l'intérêt de l'autre sur l'ambition ou l'espoir. Cette forme de négociation s'applique facilement dans les relations où, en fait, il y a recherche possible d'un accord sur le plan technique, financier, entre des partenaires. La négociation peut être tendue, chacun défendant ses intérêts. Mais lorsqu'il y a eu un conflit, il est illusoire de rechercher un accord gagnant gagnant, puisqu'il s'agit plus vraisemblablement d'un accord le moins perdant possible, au regard des pertes dans le conflit. A tout le moins, il est possible d'envisager un accord le moins insatisfaisant possible ou au mieux le plus satisfaisant possible, selon la graduation personnelle que chaque partie peut faire de la valeur de ses pertes antérieures.

=> Voir : Négociation contributive.

Recours collectif

Le recours collectif permet aux consommateurs d'engager une action collective qui peut se limiter à exercer un rapport de force visant à faire changer une politique ou un comportement de la part d'un fabriquant ou d'un distributeur, voire à faire retirer un produit ou à le faire modifier. Ce recours peut aussi s'exercer en justice.

Mode alternatif de résolution de conflit en ligne

Conflits financiers, de nom de domaine...

Depuis le développement d'internet, les mode alternatif de résolution de conflit en ligne (ORD en anglais), se sont développés. Des structures ont été mises en place. Historiquement, les premiers différends concernaient les noms de domaines (adresses des sites), puis les différends avec les commerces en lignes et les fournisseurs d'accès internet ont favorisé le développement de nouvelles pratiques de résolution des conflits, justifiant notamment les recours collectif en raison des enjeux peu importants impliqués individuellement.

Conflits de vie communautaire on line

Avec le développement des systèmes communautaires, notamment des plateformes d'échanges de connaissances, il existe de nouveaux conflits qui impliquent de nouvelles pratiques de résolution de différends. Le fait même que les personnes n'utilisent pas forcément leur propre nom, mais plutôt des pseudos, contourne la question par exemple de la diffamation. Les administrateurs des communautés mettent en place des systèmes plus ou moins élaborés d'arbitrage, d'échange et de discussion pour résoudre les désaccords, parfois emflammés, des membres.

A titre d'illustration, il est intéressant de se reporter au modalités mise en place sur Wikipedia ou bien encore le recours à des médiateurs lors de différends pouvant survenir auprès de la Fondation Wikimedia dans le respect de la confidentialité et la vérification des adresses IP : Recours au médiateur de la vérification des adresses IP

Liens internes

Auteurs

Outils personnels
Autres langues
Translate