Ressources humaines, commenté par Hélène Lecoq

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark
Pour les articles homonymes, voir Ressources Humaines. Page d'aide sur l'homonymie
Un film sur une situation conflictuelle en entreprise. Un film comme un reportage, comme s'il était réalisé par un amateur. Il n'en est que plus puissant, plus net, plus probant. Que les médiateurs sachent le regarder ... sans indifférence ni prise de parti ... Et pour aller plus loin sur la question, il peut être utile aux médiateurs qui interviennent dans le secteur industriel de ne pas méconnaître cet environnement et ses contextes.

Sommaire

Synthèse du film

Une lecture proposée par Hélène Lecoq, le 15 mars 2009...

Franck, étudiant en fin de scolarité à Paris, fait un stage sur les 35h auprès du Directeur Ressources Humaines dans l’usine où son père travaille comme ouvrier depuis plus de 30 ans. Le directeur le considère comme un élément brillant mais le tient à l’écart des décisions de licenciements. Franck en a connaissance néanmoins et apprend ainsi que son père en fait partie. Il n’accepte pas ces mesures prises en amont de toute concertation et entre par effraction de nuit dans l’usine pour récupérer la liste des salariés licenciés. Il l’affiche et s’engage dans la lutte contre la direction. Le directeur le met à la porte et son expérience s’arrête là.

Réflexions sur les conflits

Le climat dans cette usine est conflictuel entre l’encadrement et la direction d’une part et les ouvriers d’autre part:

  • le contremaître met le père de Franck sous contrainte tout en faisant des interprétations de situations : «Tu es fatigué ou quoi ? tu ralentis la cadence…s’il suffit de t’énerver pour que tu travailles plus vite, je le ferais plus souvent »
  • le directeur en réunion du Comité d’Entreprise a une altercation avec une représentante syndicale qui lui prête de mauvaises intentions « Vous allez profiter des 35h pour remettre en cause certains acquis ». Il perd son sang froid et l’agresse verbalement : « il faut aller vous faire soigner, vous me faites chier ».

Dans ce climat, certains choisissent la soumission à la direction comme le père de Franck qui reproche à son fils d’émettre des critiques et qui ne fait pas grève alors qu’il va être licencié ; d’autres optent pour la bagarre comme la représentante syndicale et aucun ne paraît avoir choisi la fuite dans cette région sans autre travail.

Certains représentants syndicaux préfèreraient trouver une issue avec la négociation d’un accord mais encore faudrait-il que les salariés acceptent d’arrêter le conflit. C’est difficile pour eux car ils devraient renoncer aussi à la forte solidarité dans la lutte qui leur apporte la chaleur dont ils ont besoin.

Franck se laisse aller à une réaction instinctive sous le coût de l’émotion.

Il n’essaie pas de comprendre la position de la direction ni de la faire évoluer. Pourtant, il paraît avoir gagné la confiance de la direction et celle des syndicats en proposant un questionnaire aux salariés pour recueillir leur avis sur les 35h.

Mais pouvait-il vraiment jouer un rôle de médiateur ? Je ne pense pas car il n’était :

  • ni indépendant de la direction car recherchant une évaluation positive de son stage,
  • ni impartial car se sentant dominé à travers le comportement soumis de son père,
  • ni neutre car son père fait partie des licenciés ce qui le rend intéressé à l’issue.

De plus, trop préoccupé par son positionnement (où est ma place?), il n’est pas assez centré sur ses interlocuteurs et n’a pas assez de recul sur ce qu’il vit.

Il aurait pu néanmoins avoir un rôle de contributeur efficace dans les négociations.

Aurais-je pu avoir une action utile en tant que médiateur extérieur ?

Sûrement sur le conflit collectif et sur le conflit entre Franck et le directeur en les accompagnant vers le choix d’une issue. Pour améliorer le climat, il aurait fallu plutôt un coaching du directeur afin qu’il respecte mieux ses interlocuteurs et qu’il devienne exemplaire dans ses comportements.

Autre lecture...

A voir aussi

  • «Jusqu'au bout», de Maurice Failevic - téléfilm - La trilogie de Marcel Trillat : «300 jours de colère», «Les prolos» et «Les prolotes».

Liens externes

Outils personnels
Translate