TED

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark

TED : « Meilleur ami de l’homme, pire ennemi du couple »

film sorti en 2012

Affiche du film TED


Distribution : Mark Wahlberg (John) ; Mila Kunis (Lorie) Joey Star, voie française de Ted

Synopsis : A 8 ans, le petit John Bennett, rejeté par les enfants de son âge, fit le vœu que l’ourson en peluche, reçu pour les fêtes de Noël, s’anime et devienne son meilleur ami pour la vie, et son vœu fut exaucé. Presque 25 ans plus tard, l’omniprésence de Ted aux côtés de John pèse lourdement sur sa relation amoureuse avec Lorie. Bien que patiente, Lorie voit en cette amitié exclusive, consistant principalement à boire des bières et fumer de l’herbe devant des programmes télé qu'elle juge ringard, un handicap pour John, qui le confine à l’enfance, l’empêche de réussir professionnellement et de réellement s’investir dans leur couple. Déchiré entre son amour pour Lorie et son amitié envers Ted, John lutte pour devenir enfin un homme.

Analyse de la situation :


Le film, écrit et réalisé par Seth MacFarlane, emmène le spectateur en plein délire cynique et grinçant. Ted, sous un couvert de comédie vulgaire au premier degré, cache un examen pertinent et fort original de notre société dans laquelle les adultes refusent de grandir et se réfugient dans les jeux vidéo, l’alcool et autre moyen de fuite

L’élément dominant de la situation entre Lorie et John est l’émotionnel, les implications juridique et technique étant moins développées. Lorie et John vivent leur relation (l’aspect juridique, le contrat social) et l’omniprésence de Ted (l’aspect technique), de façon différente.

De son point de vue, Lorie voit John comme un grand gamin, n’arrivant pas à grandir et à s’investir dans leur relation, dans son travail. Pour Lorie, Ted empêche John de devenir « un homme » responsable. Il l’entraîne dans la débauche, alcool, drogue, vulgarité… Ted vivant avec eux, la cohabitation est de plus en plus difficile, ce qui amènera Lorie à fixer un ultimatum à John : Elle ou Ted, exprimant ainsi une première contrainte.

La montée en pression de leur relation apparaît peu à peu sur la première partie du film.

Tout d’abord, le réalisateur montre John arrivant au travail en retard, pour avoir « fumer » avec Ted au petit déjeuner. Son supérieur le convoque illico dans son bureau et le sermonne : « John, t’es au courant que si tu foires pas, tu vas avoir mon job quand je vais être promu le mois prochain, tu vas être gérant à ma place »
« Oui, j’en suis conscient »
« Content de l’entendre, ma vie pourrait devenir la tienne, un gars qui gagne 38000 dollars par année en faisant un job de gérant pépère et qui est ami avec Tom Skerrit, ça fait plutôt envie ça ! »
Ce manager est très fier de sa situation et suppose que John souhaite la même chose. Le manque d’enthousiasme et le regard fuyant de John face à son chef montre bien qu’il n’a pas les mêmes aspirations. Suit une discussion avec ses collègues, où John leur demande des idées pour un restaurant où il pourrait inviter Lorie pour leurs 4 ans de relation. Une collègue féminine participe à cette discussion et soumet l’hypothèse que Lorie attend peut être plus qu’un restaurant après 4 ans, et si c’était elle, elle aimerait qu’on lui demande sa main plutôt. John apparait abasourdi, et est persuadé que Lorie ne s’attend pas à ce qu’il fasse sa grande demande. Pour lui, le mariage n’est pas nécessaire, l’amour devrait suffire.

Le soir est venu, et chacun va se coucher, quand éclate un orage. John est terrorisé et Ted saute dans leur lit. Ils se mettent à chanter leur chanson du tonnerre. Lorie n’en croyant pas ses yeux, se retourne en soupirant. Ted partagera leur lit toute la nuit.

Le lendemain, Lorie a une discussion avec ses collègues et exprime son sentiment de gène de l’omniprésence de Ted. Lorie exprime tout son amour pour John. Lorie leur explique « je veux juste qu’il prenne sa vie en main, notre vie en main et il n'y arrive pas, sauf qu’il y a une raison à ça, c’est son doudou de merde ». Ces collègues lui conseillent de poser un ultimatum à John, son doudou ou elle. Elle rejette d’abord cette idée pensant que ça anéantirait John. Et surtout Lorie a peur qu’il finisse par choisir Ted, et l'exprime clairement.

Ils se retrouvent enfin au restaurant pour leur anniversaire. Le dessert arrive avec le champagne. Lorie est impressionnée. John lui dit que c’est une soirée spéciale. Ils évoquent leur rencontre et chacun a une vision bien à lui de cette soirée, un point de vue et des souvenirs bien différents.

John offre un écrin à Lorie, et la déception d’inscrit sur son visage quand elle découvre des boucles d’oreille. John comprend qu’elle est déçue, et il explique qu’un jour c’est une bague qu’il lui offrira mais qu’il attend d’avoir les moyens de lui offrir une très belle bague. La déception aidant, Lorie choisit ce moment pour dire à John ce qu'elle a sur le cœur :
Lorie : « C’est parce que je t’aime que je vais te dire ce qui va suivre. Tu pourras jamais te bâtir une carrière si tu continues à perdre ton temps avec Ted »
John : « C’est parti, ok » dit John exaspéré
Lorie : « Je t’en prie, dis à Ted, qu’il doit déménager pour qu’on puisse enfin vivre notre vie »
John : « Ecoutes Lorie, c’est mon meilleur ami depuis l’âge de 8 ans, avant lui personne ne voulait être ami avec moi, sans lui, jamais j’aurais réussi à gagner un peu de confiance »
Lorie : « Mais t’as plus 8 ans, t’as 35 ans et t’as pas l’air d’avoir remarqué sauf que t’as pas juste lui comme ami, maintenant »
John : « On pourrait en parler une autre fois et profiter de notre soirée d’anniversaire »
Lorie détourne le regard, et la discussion s’arrête. Dans cette scène, John exprime qu’il ne vit pas avec Ted, contre Lorie, mais parce qu’il est animé de bonnes intentions envers lui-même.

Ils rentrent à la maison où ils retrouvent Ted, en compagnie de 4 femmes, et quelques dégâts dans l’appartement. Pour Lorie c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. John, contraint et forcé, demande à Ted de déménager et l’aide à trouver un appartement et un boulot. « C’est sur c’est chiant, mais si je ne fais pas ça je vais la perdre, et je l’aime cette fille, Ted »

Lorie exprime sa reconnaissance à John :
« Je voulais juste te remercier, je sais que ça n’était pas facile pour toi de te séparer de Ted et je t’aime encore plus de l’avoir fait. Tu sais je crois que c’est un nouveau départ pour notre couple »
« Je ferais tout pour toi, je veux dire ça fait partie du nouveau John Bennet mature et amélioré, donc va falloir t’y habitué »
« Tu veux savoir ce qui me plait le plus chez toi, c’est que même après 4 ans, tu continue à me surprendre, c’est vrai, tu es prêt à faire un effort et à changer quelque chose de très important pour toi, juste pour que la femme que tu aimes, soit bien. Et je pense qu’il n’y a pas énormément de gars qui ferait cela.»

Tout semble aller selon les souhaits de Lorie. Mais, malgré le déménagement, Ted continue à attirer John sur la « mauvaise voie ». Ce qui les conduira à une rupture heureusement temporaire.
Ted

Le Plus du Médiateur



S’ils avaient fait appel à un médiateur, Lorie et John auraient pu exprimer leurs divergences d’attentes et de ressentis, et les reconnaître réciproquement : Lorie : ses attentes d’engagement de John dans leur relation, ses difficultés de cohabiter avec Ted et le côté « gamin » de John John : son amour pour Lorie, son souhait de conserver à la fois sa relation avec Lorie mais aussi avec Ted, sa vision de leur relation où le mariage n’est pas forcément nécessaire. Le médiateur aurait amené John à s’interroger sur le pourquoi et les conséquences du souhait qu’il a fait étant enfant, que son ourson prenne vie et devienne son ami pour la vie. John a souhaité que la solution vienne de l’extérieur, sans analyser et comprendre ce qui le faisait se sentir si seul. Il n’a pas pris sa part de responsabilités et continue à faire cela adulte et à se laisser dicter les choix qu’il doit faire par les autres « Ted ou Lorie ». Ce qui a été positif dans son contexte d’enfant est devenu un frein dans un contexte d’adulte. Si sa relation avec Ted a été constructrice à une époque, cela ne signifie pas qu’elle n’est pas toxique maintenant. Veut-il ou pas faire face à ce changement ? A-t-il réellement envie de se responsabiliser ?

On note aussi des différences entre l’intention et les faits : « être amis pour la vie », est ce que ça signifie forcément boire et fumer toute la journée et être omniprésent comme l’est Ted ?

La représentation de l’amitié a changé ou pas, mais le médiateur pourrait amener Ted et John à faire la différence entre l’intention et les faits et à exprimer leurs attentes et besoins tout en préservant l’intention positive de leur relation.

Lorie est dans le reproche, elle a choisi John immature et toujours accompagné de son ami et 4 ans après elle souhaite qu’il change parce que ça ne lui convient plus. Elle reproche à John d’être immature mais ne lui fait encore pas porter sa propre responsabilité puisqu’elle accuse Ted, d’en être la cause.

Le médiateur aurait travaillé avec John sur ce qu’il désire vraiment, ses responsabilités, ses croyances, ses attentes, ses ressentis… Est-ce que John a envie de changer pour lui ? Quand il décide de changer par peur de la perdre ça ne marche pas longtemps car le vrai problème n’était pas Ted mais peut-être la difficulté de chacun à prendre ses responsabilités, à devenir adulte, à poser des limites sans menacer, ni contraindre, à accepter l’autre, à faire face à des choix et des renoncements. Si chacun décide de mettre ce changement en place, qu’est ce qu’il y gagne, qu’est ce qu’il y perd ? Quelles limites veut-il mettre ?

Lorie pourrait s’interroger sur son besoin de contrôle et sa difficulté à poser ses limites sans les imposer à l’autre. Peut-elle aimer John sans accepter sa part de « Ted »? Que veut-elle vraiment de John, pour elle ? Et si c’était l’inverse, que John lui demande de changer, pourrait-elle le faire ?

Ce travail sur eux, les amènerait à réfléchir à leur relation, à poursuivre, réaménager ou rompre cette même relation, selon les souhaits et ressentis de chacun, et le cas échéant vers un chemin de vie librement consenti.

Outils personnels
Translate