Une approche humaniste en médiation

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark

Réflexion proposée par Herbert Minkus

La rhétorique est l'outil parfait du médiateur pour faire face aux conflits. Mais, les conflits n'existent-ils pas en raison de la diversité de la nature humaine ? Que devrait savoir un médiateur, une médiatrice de cette nature humaine, du "je", de son fonctionnement ?

Admettons que "chacun, chacune" fait au mieux avec les éléments dont il dispose. Ces éléments se constituent de son vécu, ses expériences, ses croyances, valeurs, convictions - fondés ou non -, ses besoins, ses handicaps, ses talents et sa capacité de se projeter en avant, pour atteindre ses buts et objectifs.

En situation de médiation, nous rencontrons "le chacun, la chacune" en difficulté sur leur chemin.

Le médiateur pourrait adopter une attitude faite à la fois d'hum-anisme et d'hum-ilité, car il ne peut pas savoir quels chemins les personnes ont déjà parcourus et si leurs routes n'étaient pas plus longues et plus pénible que la sienne.

En venant en médiation - librement -, les personnes attendent en général de rencontrer un médiateur, une médiatrice qui entend et reconnaît leurs points de vue, leurs situations. Cette attente, ce recours témoigne de l'estime et de la confiance envers "l'esprit idéal de médiation", et chacun, chacune espère trouver l'humain, qui l'incarne.

Cet esprit est par définition impartial, neutre, confidentiel...et l'humain doit inviter la confiance, l'ouverture et la franchise. Les médiateurs professionnels et ceux qui veulent le devenir, ne devraient pas décevoir cette attente et offrir ces qualités humaines.

N'est-ce pas le meilleur moyen pour ne pas décevoir et incarner cet esprit, que de se former au mieux en permanence? Ceci concerne tant le perfectionnement en techniques de communication, tant - à notre avis - la connaissance de la nature humaine, son fonctionnement, son évolution dans le temps, sa quête de reconnaissance et ce qui en sont les pièges et obstacles.

Si des personnes viennent en médiation forcés il nous semble que ce justement l'état d'esprit du médiateur, de la médiatrice et surtout cette dimension humaine que le médiateur ou la médiatrice sont en mesure d'incarner, qui sont décisives dans l'issue du processus. C'est cette dimension humaine - non jugeante envers les perceptions, les besoins, les intentions et les intérêts différents des parties - qui ouvre la porte de l'acceptation volontaire de la médiation.

En impliquant la volonté des personnes, un pas est fait dans la direction de la responsabilité. La responsabilité est indispensable dans le processus idéal de médiation et ce premier pas franchi entraîne les parties plus loin sur ce chemin. Au bout de ce chemin, les parties - en se faisant accompagner - doivent trouver en leurs propres moyens une solution qui est "juste et acceptable pour soi ... juste et acceptable en ce qu'on accorde humainement à l'autre".

Outils personnels
Translate