Une maison de poupée

De WikiMediation.

Share/Save/Bookmark

Sommaire

SUJET : Identification d’une œuvre que vous commenterez à la façon d’un médiateur.

                 I) Identification de l’œuvre :

                         A) « Une Maison de Poupée », pièce de théâtre créée en 1879 par l’auteur norvégien Henrik IBSEN.

                              J’ai choisi de travailler sur cette œuvre, car, bien que datant de la fin du 19ème siècle, cette pièce de théâtre traite de l’égalité des droits de la femme, de sa liberté de décision au sein de la société et notamment au sein de son couple, sujet résolument d’actualité. Par ailleurs, depuis 1879, la pièce a été adaptée à maintes reprises dans différents pays. Inscrite au registre international « Mémoire du Monde » de l’UNESCO en 2001, elle a été mise en scène en France, en 2010. L’interprétation de Marina FOIS, dans le rôle principal a démontré une fois de plus, que l’œuvre d’IBSEN était définitivement contemporaine. Nora, l’héroïne, représente toutes les femmes qui luttent dans le monde pour leur liberté et pour l’égalité de leurs droits. « La médiation professionnelle est indissociable de la liberté d’expression, de l’égalité des droits et de la libre décision …», image remise par Jean-Louis LASCOUX le 10 janvier 2013.


                         B) Résumé de l’œuvre :

                             Nora, jeune femme joyeuse et insouciante, issue de la bourgeoisie, prépare les fêtes de Noël. Elle ignore que son mariage va voler en éclat quelques jours plus tard. En effet, des années auparavant, Nora a emprunté de l’argent à Krogstad, un employé bancaire peu scrupuleux. Elle a falsifié la signature de son propre père, garant de l’emprunt, l’argent étant destiné à financer un séjour nécessaire à la convalescence de Torvald, son mari, gravement malade. Alors, que tout semble rentré dans l’ordre depuis des années et que Nora s’apprête à rembourser la totalité de sa dette, Torvald, devient directeur de la banque où travaille Krogstad. Torvald, homme intègre, décide de licencier Krogstad dont la réputation est douteuse. Il souhaite recruter à sa place, une jeune veuve, amie de Nora. Krogstad, affolé par ce licenciement en perspective, menace Nora de révéler leur secret si elle ne parvient pas intercéder en sa faveur auprès de son mari. Nora étant incapable d’intervenir, Krogstad finit par écrire à Torvald, l’informant de l’emprunt qu’il a concédé à Nora et surtout de la falsification de signature réalisée par cette dernière. Il indique à Torvald qu’il va révéler en place publique le faux en écriture de Nora. Il s’ensuit une dispute entre les deux époux, qui pourrait en rester là puisque Krogstad finit par renoncer à rendre l’affaire publique. Il annule même la reconnaissance de dette. Mais, la querelle entre Nora et Torvald se transforme en conflit. Nora décide de divorcer pour gagner sa liberté…. « A moins que leur vie en commun puisse devenir un mariage ».

C’est à partir de la scène de la « dispute » qu’il va s’agir de commenter l’évènement en tant que médiateur professionnel.


                II) Identification du conflit :

                        A ) Définition du conflit :

                           Avant d’intervenir en tant que médiateur professionnel, il s’agit tout d’abord d’identifier si nous sommes bien en présence d’un conflit. Pour qu’il y ait conflit, il faut mettre en évidence un élément juridique, un élément technique et enfin une problématique émotionnelle.

                         - L’élément juridique :

Ici il s’agit du lien, du contrat qui unit Nora à son époux c’est à dire le mariage.

                          - L’élément technique :

Cet élément repose sur le fait que Nora ne reconnaît plus la viabilité de son union.

                        - L’élément émotionnel :

 - Torvald, effrayé par le chantage, fou de colère, réagit avec dégoût et horreur face aux mensonges de son épouse.

 - Nora, blessée par la réaction de Torvald, croit que son époux et même son père l’ont toujours prise pour une « poupée » et décide de divorcer pour acquérir son indépendance face aux hommes.

Afin de décider si l’on peut intervenir dans ce conflit en tant que médiateur professionnel, il est nécessaire d’identifier quelle est la dimension qui prédomine ; il faut donc déterminer le type de conflit.

                        B) Nature du type de conflit :

                        Nous ne sommes pas en présence d’un contentieux puisque l’élément juridique n’est pas prédominant (par exemple, clause d’un contrat de mariage non respectée par l’un des deux époux et règlementée par un article de loi). Nous ne sommes pas non plus en présence d’un litige puisque aucun problème matériel n’est mis en évidence. Nous sommes bien en présence d’un conflit à charge émotionnelle forte, le médiateur professionnel peut donc intervenir. A cet effet, l’altérité, technique reposant sur le règlement du conflit par la discussion, sera utilisée. Il s’agira donc pour le médiateur professionnel de trouver un aménagement qui conduira Nora et Torvald soit à reprendre leur relation à l’identique, soit à trouver un aménagement, ou enfin à opter pour une rupture définitive et conventionnelle. Sachant que tout conflit se termine un jour et trouve donc une issue.

               III) Commentaire de l’œuvre à la façon d’un médiateur :

                         A) La médiation et le courant rationaliste :

                      La médiation professionnelle est issue du courant rationaliste. Ce courant pose un principe général :  tout conflit vient de l’ignorance des humains et de leur incompétence en matière de relation. En effet, l’humain n’est ni responsable des informations qu’il reçoit, ni du traitement qu’il fait de ces informations et encore moins de ce qu’il exprime suite au traitement de l’information. Dans notre cas, Nora et Torvald, pris chacun dans leur douleur émotionnelle, sont des êtres maladroits, qui ont besoin d’être reconnus dans leur maladresse. Ils sont bien intentionnés par rapport à eux-mêmes et se sentent légitimes dans leurs choix et leurs points de vue.

Aussi, afin de les aider à résoudre leur conflit, nous allons utiliser en tant que médiateur professionnel l’altérocentrage. Mais avant d’avoir recours à cette technique, nous allons identifier au cours de la scène suivante les « PIC », c’est à dire les prêts d’intentions négatives, les interprétations et jugements, et enfin la contrainte qu’ils se font subir l’un à l’autre, qui déclenchent et alimentent leur conflit. 

Dans cet acte III, Torvald vient d’être informé du geste de son épouse et du chantage -

                            1°) Indentifications des « PIC » de Torvald :

                                          a) Les prêts d’intentions négatives :

Le ressenti de Torvald : Il pense que Nora fait exprès de ne pas comprendre sa colère en feignant la peur et le désespoir :

- Torvald: « Pas de comédie. Tu vas rester ici et tu vas me rendre des comptes. Comprends-tu ce que tu as fait ? Réponds-moi ! Le comprends-tu ? » (page 139).

                                           b) Les interprétations et jugements :

Les faits et les causes de sa colère sont légitimes car il se sent trahit par l’omission et le faux en écriture de Nora ; il craint pour sa carrière professionnelle : - Torvald : « Celle qui était ma joie et ma fierté …une hypocrite et une menteuse…et pire que cela une criminelle !....Quel abîme de laideur que tout cela ! Fi, quel Honte ! (page 140) .....Tu as ruiné mon bonheur. Tu as anéanti toutes mes perspectives d’avenir (page 140)….Me voilà lamentablement réduit à sombrer dans le néant et à périr, à cause de la légèreté d’une femme (page 140)….Je serai peut-être soupçonné d’avoir été au courant de ton acte criminel. On croira peut-être que c’est moi qui te l’ai inspiré…que c’est moi qui t’ai poussé à le commettre ! (page 141)... »

                                           c) La contrainte :

Torvald veut punir son épouse en prenant des décisions la réduisant à l’état d’adulte irresponsable et incapable : - Torvald : « ... Quant à nous deux, il faut donner l’impression que rien n’ai changé entre nous. Mais ce ne sera bien sûr qu’une façade. Tu restes donc ici à la maison, cela va de soi. Mais je ne permets pas de t’occuper de l’éducation des enfants. Je n’ose pas te les confier (page 141)… »


Quelques minutes plus tard, le maître chanteur fait parvenir un courrier dans lequel il informe le couple qu’il abandonne le chantage. Torvald, soulagé accorde son pardon à sa femme. Mais blessée, Nora, à son tour laisse libre cours à sa colère. On identifie les « PIC » suivants :


                            2°) Identification des « PIC » de Nora :

                                         a) Prêts d’intentions négatives :

  Nora pense que son mari ne l'a jamais comprise.


- Nora: « Tu ne me comprends pas (page 144)…Tu ne m’as jamais comprise…On a commis beaucoup d’injustice à mon égard…Papa d’abord et toi ensuite (page 145)…Vous ne m’avez jamais aimée (page 145). »

                                        b) Les interprétations et jugements :

Nora estime que son père et son mari l’ont toujours dirigé dans sa vie. Ils n’ont jamais respecté ses idées, ses décisions. Ils l’ont manipulée et ne l’on jamais considérée comme un être à part entière. C‘est un constat amer :

- Nora : « …Cela fait huit ans que nous sommes mariés…c’est la première fois que nous parlons sérieusement ensemble, toi et moi, en tant que mari et femme (page 145)….Pendant dix ans nous n’avons jamais échangé une seule parole sérieuse concernant des sujets sérieux (page 145)…Je veux dire que j’ai quitté les mains de Papa pour passer dans les tiennes (page 146) ».

                                      c) La contrainte :

Nora décide d’imposer le divorce à son mari, car il n’a pas reconnu son geste d’amour en se comportant comme un pleutre :

- Nora : « Je veux m’en aller immédiatement (page 148)…J’emporte tout ce qui m’appartient. Je ne veux rien avoir de toi (page 148)…Je n’y peux rien. Je ne t’aime plus (page 150)…J’ai vu que tu n’étais pas l’homme que je croyais (page 151)…Cela fait huit ans que j’attends (page 151)…je ne doutais pas un seul instant que tu braverais l’opinion publique et que tu dirais : c’est moi le coupable (page 151). Voilà le prodige que j’espérais voir s’accomplir (page 151)… pour… Que notre vie en commun puisse devenir un mariage (page 154).


                         B) Le premier entretien de Torvald et de Nora : L’Altérocentrage

                               1°) Analyse des réactions des personnages :

                                            a) Le besoin de reconnaissance face au conflit :

Les « PIC » des deux protagonistes ont mis en évidence ce que tous les individus ressentent et expriment lorsqu’ils se trouvent en situation de conflit : Chacun a besoin d’être reconnu dans sa maladresse et dans la dynamique de bonne intention pour soi, mais aussi de  se sentir légitime dans ses choix et ses points de vue . A cet effet, chacun veut être entendu ! Le médiateur professionnel doit donc reconnaître et entendre tout en conservant une posture neutre, impartiale, indépendante et bien sûr en respectant le principe de confidentialité.

                                             b) Expression de la demande de reconnaissance :

Nora veut que son époux la respecte en tant qu’être à part entière et qu’il ne l’a voie plus comme une poupée. Torvald a besoin d’être reconnu par rapport à la trahison de son épouse. Elle lui a menti par omission et à risqué de mettre en péril son statut social. Chacun exprime sa demande de reconnaissance à sa manière mais toujours dans la surenchère : Nora s’exprime plutôt dans la répétition : Elle ne cesse de se plaindre qu’on l’a toujours prise pour une « poupée », qu’on l’a manipulée, ce thème revient en boucle dans ses tirades. Torvald, quant à lui, s’exprime dans le rajout, qualifiant même le faux en écriture de « crime » et tançant son épouse comme une idiote incapable.

                             2°) Ebauche d’entretien : la technique de l’altérocentrage :

L’altérocentrage va consister pour le médiateur professionnel à se centrer sur ce que dit, fait, ou aimerait faire la personne en conflit. Il faut comprendre le fonctionnement de l’individu et devenir le garant de la dynamique émotionnelle.

Afin de poursuivre l’exercice, on peut imaginer l’entretien suivant avec chacun des personnages, en respectant chaque étape du processus de l’altérocentrage :

Accueillir, instaurer un climat de confiance en demandant à chaque partie de définir ce qu'elle attend de la médiation et du rôle du médiateur. Accompagner les participants dans la définition des règles de communication garantissant une médiation gagante et de qualité. Retirer le poids de la culpabilité à chacun par une reconnaissance rigoureuse, en faisant  énoncer les PIC, en recadrant grâce à des restitutions de sens, en faisant des propositions nécessaires au dévérouiller les blocages (utilisation d'un vocabulaire précis et de métaphore illustrant la situation). Se porter garant du respect des règles définies.


- Message d’accueil et de reconnaissance du Médiateur ; reformulation du problème en évoquant le passé (les faits), le présent (le conflit), le futur (le divorce en perspective).

- Invite du Médiateur : Vous pourriez peut-être me dire ce que vous attendez de la médiation. 

- Invite du Médiateur : Tandis que vous êtes en conflit, peut-être pourriez-vous me préciser qu’elle est la solution que vous avez imaginée. 

-Invite du Médiateur : Tandis que vous êtes en conflit, peut-être pourriez-vous m’indiquer ce que vous attendez du médiateur professionnel. 

-Invite du Médiateur : Peut-être, pourriez-vous me dire quels sont les propos qui ne devraient pas exister entre votre époux(se) et vous, et qui vous blessent et qui risqueraient de compromettre la médiation (identification des PIC).

- Vous venez de définir le cadre de votre médiation ; peut-être pourriez-vous m’énumérer les choses que votre époux(se) ne devrait pas faire pour vous contraindre. 

- Proposition du Médiateur : Je peux m’engager à ce qu’il n’y ait pas de propos agressifs de sa part, que votre époux(se) ne vous contraigne pas et respecte ces principes. 

- Invite du Médiateur : Peut-être pouvez-vous m’indiquer si vous pourriez respecter, vous aussi, ces principes qui permettraient le bon aboutissement de la médiation ? (faire prendre conscience des pensées négatives et du positionnement face à la contrainte par le biais d'une métaphore) 

- Invite du Médiateur : Vous vous engagez à respecter ces principes, mais pensez-vous que vous pourrez réellement les respecter pendant la médiation ? 

- Si vous êtes en difficultés lors de la médiation vis-à-vis du respect de ces principes pourrais-je vous rappeler que vous avez décidé de les respecter pour vous aider à atteindre le bon aboutissement de la médiation ? 


A chaque réponse, remercier les interlocuteurs de la confiance qu’ils témoignent au médiateur professionnel. Leur faire prendre conscience des pensées négatives qui peuvent entraver la médiation et quelque soit leur choix final rester neutre. Les outils de la médiation, permettent à chaque partie de trouver une issue sur un même pied d’égalité. Néanmoins, le médiateur professionnel n’interfère pas dans la solution retenue. S’il estime que le choix n’est pas équitable pour une des parties, il ne doit pas juger et défendre, il doit simplement respecter le choix de chacun.

Outils personnels
Translate